Les tics


SommaireSon On/Off

Encore appelés vices d'écurie et plus exactement anomalies du comportement.


Bien souvent le problème comportemental dans l'utilisation du cheval est négligé lorsqu'il ne gêne pas.
Beaucoup de chevaux ont des problèmes qui restent incompris ou même ne sont pas perçus par les cavaliers et propriétaires.

Un trouble du comportement est un signe d'un mal de vivre, d'une frustration chez le cheval.
L'ignorer serait une grave erreur car il s'aggrave toujours avec le temps.

Mais attention, il ne faut pas confondre un comportement non souhaitable et un comportement anormal.

Par exemple :



Donc, bien souvent les comportements anormaux sont causés par l'ennui du cheval, par notre ignorence, notre incompétence, ou par le fait que l'on demande trop à son cheval.

Des propriétaires mettent leur chevaux sur des copeaux ou autres simplement par facilité d'entretien du box....
Mais le simple fait de manger de la paille occupe le cheval.
Sans cette occupation, s'il n'est pas sorti régulièrement et souvent, il va, à un moment donné, s'ennuyer et un tic pourra apparaître.

Il faut savoir que le cheval a un besoin important d'activité.
Normalement, il passe la plupart de son temps à manger.
Chose qu'il ne peut faire s'il est confiné en box et a fortiori sur une litière autre que la paille.
C'est pourquoi, un travail régulier, des sorties au pré ou au paddok sont recommandées.
De plus, le cheval a besoin de contacts sociaux. L'en priver est une grave erreur.
C'est pourquoi les box dans les écuries doivent être conçus de façon à ce que les chevaux puissent se voir.




Même un poulain peut avoir ce type de problème. Il se rencontre parfois au moment du sevrage, à un moment où le stress était important, ce qui signifie que ce moment a mal été géré par l'éleveur et que les conditions de vie du poulain après ce sevrage ne lui conviennent pas.

Un cheval anxieux, nerveux, qui reste en box, tiquera s'il est à proximité d'un cheval tiqueur, car l'imitation joue un grand rôle, mais sous certaines contitions, c'est à dire qu'il faut que le cheval non tiqueur soit aussi exposé à une frustration, à un stress, etc...
Les propriétaires de chevaux ayant un tempérament nerveux doivent être vigilents car, dans un conflit, cela peut être une prédisposition.
Un animal de compagnie (poule, lapin, chèvre ...) pour le cheval peut rendre bien des services.

Il faut donc une prédisposition de par sa nature ou des stress occasionnés dans son mode de vie pour entraîner des troubles du comportement.

La réussite d'un traitement dépend de l'identification précise des facteurs en cause.

L'amélioration des conditions de vie du cheval ne supprimera pas systématiquement le tic, si celui-ci est intallé depuis un certain laps de temps, car il est devenu un automatisme, une sorte de cicatrice comportementale.

Des traitements médicamenteux peuvent également être tentés, mais sans changement d'environnment, il est utopique de croire que ceux-ci guériront le cheval.


Il existe plusieurs sortes de tics :



Les étalons sont plus souvent atteints de vices d'écurie.
Peut-être est-ce dû au fait qu'ils sont isolés au sein d'une écurie.
L'automutilation est fréquente.
Le cheval regarde son flanc ou son poitrail et le mord.

Le cheval peut être donc amené, pour des causes multiples, à s'automutiler en se mordant les flancs ou tourner en rond, se frapper avec les postérieurs etc ...
Dans les cas les plus graves, le cheval peut se projetter contre les murs pendant quelques secondes à quelques minutes.
Une pause entre les crises est observée.

Cette pathologie est totalement absente chez les chevaux sauvages.

Les lésions les plus localisées sont en général sur le flanc gauche.
Ce comportement peut s'accompagner de conduites agressives ou violentes.

Ce comportement est psychotique et peut prendre diverses formes : La mise au pré de ses chevaux est souvent un bon remède.

Quelques mails venant de Cheval-Santé

Subject: [sante-cheval] Re: Tic à l'appui
From: "Laurent De Backer"

Il est très agréable de lire quelques conseils venant de personnes avisées.
J'ai négocié l'achat d'un cheval (hanovrien, 1m75, 9ans) avec une période d'essai de 1 mois (juillet).
Ses qualités sont grandes bien que légèrement paresseux.

Toutefois, je l'ai vu à plusieurs reprises ce dimanche dernier, poser ses dents sur la barrière du champ, arracher un peu de bois et semble-t-il avaler de l'air.
Il a répéter cela une dizaine de fois avant que je n'intervienne.
Aucun bruit n'a été provoqué (pas de rot) mais les contractions de son coup me font penser qu'il aspirait de l'air.

Il se trouve en compagnie d'autres chevaux, dans un grand pré.

Son propriétaire m'a dit qu'il avait un très léger tic à l'appui lorsqu'il était trop longtemps en box.

Ses dents ne sont pas usées et ses selles sont normales.
Je suis réllement dans l'embarras. A savoir que ce cheval semble techniquement intéressant et très gentil, mais ce problème de tic peut occasionnner de graves problèmes.

Apparemment, d'après les informations que j'ai glâné un peu partout, le tic à l'air n'est pas contrariant dans la majorité des cas.
Un petit pourcentage peut se révèler contrariant voir mortel.

Qu'en pensez-vous et qu'elle serait votre attitude face à ce cas de figure ?
Laurent.

Bonjour,

Puisque le propriétaire (vendeur) a admis qu'il tiquait, c'est donc un fait établi.

Ce qui me chagrine :
Le cheval tique à l'extérieur au pré .....est -il seul dans ce pré ..?
si oui, l'ennui peut induire cette pathologie, si non .......qu'en sera t il au box (fréquence ...) ?

Est-ce un cheval anxieux ?
Y a t -il dans son entourage un autre cheval tiqueur ?
Qu'a t -il eu comme antécédants médicaux ...(si c'est possible de savoir ?)

Il faut savoir que la majorité des tics est un «mal de vivre» et/ou une imitation, plus rarement un effet secondaire à la douleur, mais cela ne peut être écarté totalement.
Si le tic est installé depuis un certain laps de temps, il est devenu un automatisme ...donc utopique de vouloir s'en débarrasser.

Quand aux diverses pathologies soit disantes liées à ce problème, rien n'est prouvé scientifiquement.
Il est surtout plus facile d'associer une colique à un cheval tiqueur, qu'à chercher la cause alimentaire possible ou parasitaire.
Quoiqu'il en soit une visite d'achat sérieuse doit être faite.

Kathy - webmaster@galopin-fr.net

Par expérience personnelle j'ai un cheval de 11 ans qui tic à l'appui et qui est en pleine forme sans jamais de gros problemes de santé.
Il sort en concours cso niveau B3 et B2 et est classé presque à chaque epreuve.....

Dans ton cas, regarde qu'il ne soit pas trop maigre et qui ne fasse pas trop souvent de colliques, renseigne toi sur son passé.... et bonne chance.
A+ CRIS - christophe.torre@wanadoo.fr

AE : Agathe aussi mange le bois dès qu'elle en trouve à se mettre sous la dent (barrière, côtés de la porte de son box,...).

Ca n'est pas un tic à l'air, j'appellerais plutôt ça de la xylophagie (?).
Le cheval ronge du bois soit parce qu'il est agacé ou par ennui ou parce qu'il trouve ça bon.
Dans mon cas, elle ne le fait que si elle est attachée ou tenue près d'un élément en bois, mais pas quand elle est dans son box.
Ca vient peut-être d'une carence en qqch ?

Je n'ai jamais entendu parler de cas mortel de tic à l'air.
On n'a même pas démontré que ce tic pouvait avoir une incidence sur l'estomac, ni même provoquer des coliques comme on le croit.
Les chevaux qui tiquent à l'air n'ont pas plus de coliques que les autres.

En revanche, ça use les dents si le cheval s'appuie pour tiquer.

Souvent le cheval tique par ennui : ce cheval est-il seul dans son pré ou avec d'autres équidés qu'il n'aime pas ?
C'est par là qu'il faut commencer à chercher, car il est très rare qu'un cheval tique au pré.

Aviva

Les vices rédhibitoires pour un cheval forme le mot BIFTEC
Boiterie, Immobilité, Fluxion périodique, TIC , Emphysème, Cornage.
Ce sont les clauses suspensives d'une vente.

Le tic à l'air est moins embêtant que le tic de l'ours (balancement d'un pied sur l'autre), mais quand même à 9 ans se sera dur de lui faire passer cette mauvaise habitude qui aura un impact tôt ou tard sur sa dentition, son oesophage... moi je dirais fait très très attention c'est rare qu'un cheval de 9 ans soit vendu sans raison.

Le tic prouve en général que les chevaux sont tressés, mal dans leur peau. Le confinement au box peut en être la cause mais également une douleur ou une gêne ( de l'arthrose, ulcère, vers, manque de vie sociale, écurie bruyante...).

Au pré avec des copains ça fini toujours par passer parfois il faut plus d'un an pour les vieux.
Les colliers américains anti-tic marchent pas mal (contrairement au collier classique qui finalement n'empêche rien) mais ne supprime pas la cause de malaise... j'aime bien la solution gros tendeur élastique avec une pierre à sel, le cheval ne peut pas prendre appui dessus et en général joue un peu avec.

L'osthéo peut aider également pour destresser.
Bref une visite veto avec bilan sanguin serait plus que raisonnable avant l'achat.

Mon vieux tique à l'ours tous les jours à 17h45 devant la porte du pré pour aller Manger dans son box .
Si on ne viens pas le chercher, il appelle, tape du pied et fait des longueurs.
Quand il est sellé, parfois monsieur ne supporte pas de ne pas partir, il encense de la tête verticalement, fait une colère si vraiment ça traîne.
Qui a dit mal élevé ?!

Isa


Le stress Les tics Sommaire

Hit-Parade [Hebdotop.com]