Réflexions sur les "Nouveaux Maîtres"

Année 2001

Pour lancer le débat, je commence donc ...

A la lecture de ces quelques lignes, je ne me ferai pas que des ami(e)s ..., tant pis.
Il y a différentes opinions au sujet des "Nouveaux maîtres" et c'est avec plaisir que je me fais "l'avocat du diable".

Dans l'espoir que ce petit paragraphe déclenchera des réactions de toutes sortes et c'est le BUT.
But de faire réfléchir et, grace à cela, en principe, on "avance"...

Depuis un certain temps déjà, j'entends parler des nouveaux maîtres ...les nouveaux maîtres par ci, les nouveaux maîtres par là ....comme s'ils avaient à eux seuls découvert enfin comment s'y prendre avec un cheval.
Si, si ....beaucoup de personnes en sont persuadées.

Attention.
Ces quelques lignes, ne sont en aucune manière des attaques contre tous ces Nouveaux maîtres, je ne fais que soulever une opinion, en mettant un tant soit peu en garde, les néophytes dans le monde du cheval ...qu'il n'est jamais bon de prendre toute parole et tout exercice à la lettre.


Je pense que les "hommes de cheval", les vrais, n'ont pas attendu les nouveaux maîtres pour savoir eux aussi s'y prendre avec les chevaux.
Il est une chose très importante : on aura beau apprendre ...lire....apprendre, si l'on ne ressent pas les choses, cela ne fonctionnera pas.

Un cheval est un être vivant et chaque cheval, suivant son tempérament, agit différemment.

Quand Pat Parelli (par exemple) parle d'approche-retrait, pour moi, il décrit la manière dont un homme de cheval approche ses chevaux.

Mais qu'est-ce donc qu'un homme de cheval ??

Cela est identique pour les deux sexes (homme-femme).

C'est simplement une personne qui est attentive à tout ce qui concerne les chevaux, aussi bien dans leurs besoins (divers), leur santé, leur manière de vivre, leur façon de nous parler, etc...
C'est une personne qui sait se poser des questions, qui observe ses chevaux et se remet constamment en question et surtout qui est consciente qu'elle est encore loin de tout connaître.

Revenons à ce que dit Pat parelli :
« il faut s'approcher du cheval en restant constamment attentif à ses réactions »
Comment peut-on aborder un cheval autrement ?
« en fonction de ces informations, il faut ajuster la sienne »
C'est une vérité de Lapalisse ...
Vous viendrait-il à l'esprit, à l'abord d'un cheval inquiet, de vous précipiter vers lui ?

Mais le plus important est de S'APERCEVOIR que le cheval est inquiet, cela ne s'apprend pas par la lecture, mais par l'observation.
Si l'on ne voit rien, comment appliquer ?

L'approche des nouveaux maîtres est intéressante, il ne faut pas le nier, dans le fait qu'elle explique certaines choses, certaines possibilités, des réactions cheval-homme, mais elle n'apprendra jamais à saisir les regards (qui parfois en disent long), à voir certaines attitudes, etc ...
Il n'y a que le vouloir d'apprendre, le temps consacré à observer, le temps ...toujours le temps ...

Le temps, en tant qu'observation (car 5 mn par jour ou un "stage" est loin de suffir) et le temps en années, afin d'avoir un assez grand nombre de repères.

Je continue mes réflexions toujours au sujet de l'approche-retrait de Pat Parelli ..
« ce type d'approche contribue à gagner la confiance du cheval »
En général un cheval qui n'a pas confiance, s'il est en liberté, ne se laissera pas approcher à moins de le "coincer".
Maintenant faire ce travail quotidiennement pour attraper un jour le cheval ....me paraît long et en particulier, dans le sens où les chevaux "sauvages" sont assez rares dans les contrées françaises.

Pour moi, la confiance se travaille dès la naissance.
Un poulain qui n'a pas confiance en l'homme demandera beaucoup de temps et des connaissances.

Maintenant voyons pourquoi nous pouvons avoir des difficultés d'approche avec le cheval au pré par exemple:

C'est bien pour ça que le travail avec un cheval, pour que celui-ci comprenne ce que l'on lui demande, soit disponible et coopérant, doit se passer calmement, toujours progressivement et être ludique, non dans la crainte de punitions ou autre ...
Il ne faut pas se leurrer, le cheval est capable de choisir, si on lui laisse le choix pré ou travail (dans cet exemple).

Un cheval qui est toute la journée au box, ne verra pas cela du même oeil, si bien sûr le travail est adapté comme je le décris plus haut, il sera bien content.

De part sa nature, le cheval en général est assez coopérant. Donc, s'il y a un problème, il ne reste plus qu'à se poser des questions et observer.

Kathy


Droit de réponse

Aug 2001

Après lecture (et même avant), j'ai la même opinion que toi sur les "nouveaux maîtres".
Ils n'ont rien inventé, ils ne font que reproduire, parce qu'ils en ont le talent, ce que fait tout homme de cheval, le vrai!!

Ceci dit, il est vrai que ma perception des chevaux a légèrement changé après avoir vu L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux. Ce n'est pas le film en lui-même mais le fait que l'on pouvait "communiquer" avec son cheval en dehors des aides classiques de l'équitation.
En fait cela m'a confortée dans l'idée que l'on pouvait sentir, parler, être comme un cheval, si on s'en donnait la peine et l'évolution d'Epineuse en est le meilleur exemple pour moi.

Maintenant je suis comme toi, j'ai peur de ce que cette "nouvelle vague" va faire sur les néophytes (exemple, un néophyte qui fait un join up, aïe!!).

Je ne veux pas céder au phénomène de mode qui ne sert à mon goût qu'à leurrer les néophytes et leur prendre du fric, en leur laissant croire qu'il pourront faire pareil.
Ce qui est faux, car pour moi, c'est un état d'esprit.

On m'a toujours dit qu'un homme de cheval doit avoir l'intelligence de se mettre au niveau du cheval puisque le cheval ne peut se mettre à notre niveau, ce qui équivaut à une sacrée remise en question ...

Bien peu de gens en sont capables.
En plus, ajouté à cette qualité, il faut du savoir et ça, il n'y a que l'expérience qui le donne.

Voila mon avis, oui, tu ne va pas te faire que des amis, mais il est important, je pense, de mettre en garde les gens et ceux qui sauront t'écouter, se demander le comment et le pourquoi, ceux-la pourront un jour peut-être entendre dire d'eux, qu'ils ont été un véritable "homme de cheval".

Véro : vliguori@wanadoo.fr   Réagir à ce message

Sat, 25 Aug 2001

Nous venons de tomber sur ta page et en effet tu ne vas pas te faire que des amies.

Nous avons plusieurs questions à te poser :

  • As tu déjà essayé cette méthode pour pouvoir la juger ainsi ?
  • Es tu en contact avec des chevaux depuis longtemps ?
  • Passes tu du temps à les observer, à analyser leurs comportements ?

    Nous pensons déjà savoir les réponses rien qu'a t'écouter...

    Si tu avais pratiqué cette méthode comme nous l'avons fait, tu te rendrais compte qu'elle n'est pas aussi mauvaise que tu le prétends.

    Si on se permet de t'écrire c'est parce que, comme nous l'avons déjà dit, nous avons eu des expériences concluantes dans ce domaine (tout comme une multitude de personnes d'ailleurs...).
    Trois poulains ont déjà été débourrés ainsi sans aucun mal, sans cris, sans douleurs.
    Maintenant ce sont des chevaux biens dans leurs têtes, qui ne posent jamais de problèmes ( ce qui n'est pas toujours le cas pour les chevaux débourrés de manière classique, ce que tu ne peux pas nier).

    Si tu souhaites nous répondre voici nos adresses : auclert.laure@laposte.net et marie4253@caramail.com

    "Réponse faite le jour même et restée sans réponse au 06/09/2001 - Kathy."

    En éspérant que les avis contraires ont le droit d'apparaître.
    Deux convaincues !!!!

       Réagir à ce message

    Le 29/08/2001

    "Nouveaux maîtres", c'est une étiquette collée par les médias, et ça en agace certains.
    Je connais mal Parelli, en revanche j'ai lu Hempfling, qui dit des choses intéressantes, mais qui est aussi très flou sur pas mal de points.
    Je suis peut être particulièrement dure de la comprenette mais après avoir lu son bouquin, je n'ai toujours pas compris où était son fameux rassembler aux rênes flottantes et encore moins comment il y parvenait.

    Alors j'ai relu le livre passke j'aime bien comprendre...et j'ai toujours pas compris.
    Ce qu'il dit sur le travail au sol est intéressant et plutôt juste, je m'en suis servie avec Agathe qui ne respectait rien en main au début, maintenant c'est un vrai toutou.
    Cela dit, Véronique de Saint-Vaulry qui se proclame simple cavalière d'extérieure dit aussi des trucs très justes et sans flaflas pseudo-psycho limite ésotériques, et je l'aime mieux elle que Hempfling.
    C'est mon opinion et je la partage :-)))

    En ce moment je lis Marthe Kiley-Worthington, je m'attendais à des révélations bouleversantes qui allaient changer à tout jamais ma vision du cheval et à chaque chapitre je me dis "bien super tout ça, mais en quoi est-ce nouveau ?".

    Le seul intérêt de M K-W c'est qu'elle a une approche scientifique, donc ce qu'elle dit elle prouve, contrairement à d'autres "Nouveaux maîtres" dont c'est parfois le charisme qui fonctionne sur les chevaux et qui leur permet d'obtenir des choses intéressantes sur des bases discutables (cf. Gentili par exemple qui a tout faux en éthologie mais qui s'en sort bien quand même !)

    Enfin, quand j'étais petiote au poney club, je ne connaissais ni les classiques ni les nouveaux, et quand un poney nous emm..., on le chassait, et il revenait quand il était calmé, y paraît que ça s'appelle un join up, pour moi c'est du bon sens pur.

    Les "nouveaux maîtres" ont pour moi le mérite de rappeler ce bon sens.
    Moi je suis pour lire et écouter beaucoup, et prendre dans chaque méthode ce qui me semble le mieux.
    A pied, j'aime Hempfling et V.de Saint-Vaulry, à cheval, je monte classique (si classique a un sens bien sûr car là encore Ecole de Versailles contre Bauchéristes, recommandations FFE ou FEI contre puristes...), en extérieur, Saint-Vaulry encore, et puis au cours de mes lectures, je glâne des trucs intéressants chez les uns, chez les autres.

    Pour moi l'essentiel c'est de se construire soi, pas de copier untel ou bidule avec leur méthode magique.

    Aviva
    aviva_e@yahoo.fr     Réagir à ce message

    Personne ne se dit nouveaux maitre, mais tous, et un peu plus encore acceptent de se faire présenter comme tel.

    Quand Monty Roberts dit qu'il à voulu prouver à son père qu'on pouvait débourrer des chevaux sans brutalité, il "invente" quelque chose qui ne se faisait pas (invente, entre guillemets, puisque rien ne s'invente dans l'absolu).
    Mais il ne prétend rien.
    Il dit comment il s'y prend, point.
    Et si ça s'arrêtait là, il n'y aurait aucune polémique sur le sujet.
    Ce serait une méthode de plus, un film de plus, un bouquin de plus, mais c'est récupéré à outrance.

    Puisque c'est une équitation qui fait réver, elle séduit, surtout ceux qui ne montent pas à cheval :

    y a de l'argent à faire avec ces nouveaux clients potentiels.

    Mais les américains font le même marketing avec les rollers, VTT et planches à roulettes de toutes sortes.
    Ils recrutent et paient des sportifs à s'entrainer à outrance pour faire des figures acrobatiques qui sont présentées en show pour séduire les jeunes clients éventuels.
    Le mimétisme marche toujours.

    Gérard Belfaci<courts.sillons@net-up.com>     Réagir à ce message

    Wed, 29 Aug 2001

    A propos de l'intelligence du cheval on en entend de toutes sortes.
    Ceux qui pensent que le cheval a la même intelligence que vous et moi =>anthropomorphiste =>refusent de voir les différences, n'assument pas leur condition humaine ceux qui refusent tout intelligence à l'animal =>anthropocentriste =>besoin de se rassurer, se sentent diminués en tant qu'êtres humains ceux qui prétendent qu'il n'y a pas intérêt de développer l'intelligence du cheval, cela le rendrait plus contestataire =>position égocentriste =>traduit un besoin de domination =>apparence autoritaire =>complexe d'infériorité.

    LE CHEVAL A UNE INTELLIGENCE DE CHEVAL
    DES RESSEMBLANCES UTILES EXISTENT
    COMME IL EXISTE DES DIFFERENCES IRREDUCTIBLES

    Nous ne pouvons demander au cheval de comprendre notre mode de fonctionnement et notre rôle dans la société.
    Il se fait une opinion de nous d'après ses critères de survie, ses fonctions vitales et relationnelles.
    La mise en relation entre un animal et un être d'une autre espèce; l'homme, nécessite des ajustements, en raison des différences de nature.
    Mais on ne peut demander au cheval de faire ce cheminement , cela ne va pas dans le sens de sa nature, il garde sa marge de liberté et c'est ce qui fait sa noblesse, à nous de nous adapter.
    Ce à quoi on peut prétendre, c'est faire apparaître chez le cheval des comportements souhaitables en se basant sur nos connaissances de l'espèce.
    C'est cela qui fait que les relations avec les chevaux sont aussi enrichissantes, découvrir une personnalité à part entière, comprendre cette personnalité et agir utilement pour que sa personnalité ne soit pas étouffée et qu'elle permette au cheval de développer par lui-même des facultés "utiles".

    Barbara Suter<barsu@worldcom.ch>     Réagir à ce message

    Wed, 19 Sep 2001

    Sans vouloir t'offenser, d'1 part je ne comprds ton langage et tes phrases st svt Dpourvue de sens..
    Mais d'après ce que G compris tu n'as en ft aucun argumt pr critiquer c nouveaux maitres, dévoileur de vériT
    Je crois que ce qui est le plus dure a ademettre c que l'on se soit tromP pdt tant de tps et que l'on s'en rendent compte uniquemt mtnt!!
    Ms les tps évoluent et il n'y a que les CONS qui ne changent pas d'avis et qui n'admettent pas leurs erreurS.
    Qd tu dis que ce ne st pas les pionnier de 7 méthode, OK, d'ailleurs ils n'ont jms dient cela, seulemt se st les premiers a avoir conv1cu de nbx cavaliers et a avoir Dmontré que 7 méthode était efficace!!!
    Ce n'est qd mèm pas de leur faute si pers avt eux n'a su le faire...
    Ce n'est pas tt de savoir qlq chose, il faut aussi le montrer et persuaD les autres( a moins d'etre égoiste et de n'avoir aucune pitié pr ts c chevaux qui ne st pas compris !!!).

    Marie SCHNEIDER<marie4253@caramail.com>   Réagir à ce message

    Thu, 18 Oct 2001

    C'est très drôle, je vous lis et j'en ris... car voyez vous, j'utilise la méthode Parelli.
    J'ai découvert un monde encore plus efficace.
    Je cotoye les chevaux depuis ma tendre enfance, j'ai toujours recherché les chevaux plus "difficiles" puisque comme les gens qui préfèrent être avec les moins biens nantis, moi je préfère ces chevaux.
    J'ai comme on dit "la vocation" chez-nous nous appelons cela le "horse sens".
    Et cela dit, ces nouvelles méthodes comme vous les appellées ne sont pas si nouvelles, il y a seulement des gens merveilleux comme Monty Roberts, Pat Parelli, etc, qui ont eu le talent de le mettre par écrit et de le vulgariser pour que le commun des mortels puisse enfin reconnaitre qu'un cheval a un language et qu'il est capable de communiquer.
    Et comme je le répète à qui veut l'entendre "cette méthode n'est pas bonne...ce sont les chevaux qui sont trop facile !"... à bon entendeur salut!

    Chantal
    Réjean Cazes<ramsaycazes@globetrotter.net>   Réagir à ce message

    Sun, 21 Oct 2001

    Bonjour, D'accord avec vous quand vous faites remarquer que les nouveaux maîtres n'ont rien inventé.

    Pourtant, parmi ses femmes et ses hommes qu'on qualifie ainsi, certains nous donnent une nouvelle lecture de nos relations avec les chevaux.
    Premièrement, il est toujours dangereux de mettre les pensées et les concepts en boîte, avec une jolie étiquette.
    Nouveaux maîtres, chuchoteurs, dresseurs, équitation truc et équitation machin.
    C'est rassurant les étiquettes, puisque d'entrée cela marque une différence et instaure une opposition possible.

    Les nouveaux maîtres, ne sont ni nouveaux ni maîtres.
    Pas vraiment nouveaux parce que la force d'attrait du cheval invite depuis toujours à son observation.
    Quand la passion s'en mêle elle provoque des apports de connaissances dont la finesse et la pertinence dépendent directement du contexte, de l'histoire et des ruptures en cours.
    Nous participons tous à l'histoire du cheval, pour autant peu d'entre nous y figureront.
    Est ce devenir maître, que d'interpréter différemment les relations entre les espèces ? Je ne crois pas.
    Alors point de nouveaux maîtres.
    Mais une évolution significative dans la connaissance des comportements sociaux, de la psychologie, de la biomécanique et de inter-relations entre espèces.
    Bien sûr, la médiatisation, oublie parfois le fond pour se consacrer à la forme.
    Bien sûr, certains en tirent des revenus substantiels et s'emploient à en rajouter, parce que c'est vendeur.
    Bien sûr le succès d'un Parelli nous surprend et à cet égard peut générer de la suspicion ( ce serait vite oublier qu'à défaut d'être un maître c'est un grand homme de cheval).
    Bien sûr ce mouvement n'échappe pas à une certaine candeur et dans les cas extrêmes démontre une absence d'esprit critique.
    Ceci ne doit pas nous faire oublier, que la pratique de la domination et de tous son cortège de brutalités, est encore et massivement appliquée aux chevaux.
    Alors une approche qui privilégie le tact, l'intelligence, la compréhension et qui produit des chevaux joyeux, équilibrés et surs, moi je trouve cela plutôt positif.
    Si de surcroît cela valorise ce que le uns et les autres nous réalisons au quotidien, alors deux fois tant mieux.

    En plus, ça marche bien.
    Les professionnels du cheval y viennent parce que cela leur fait gagner du temps.
    Les cavaliers s'y intéressent parce qu'ils sentent bien qu'il doit exister une autre dimension dans la relation avec le cheval, que celle qu'ils vivent sans toujours la comprendre ou sans qu'on leur démontre les affirmations qui leurs sont proposées.
    N'oublions pas non plus, que la peur ou le crainte est omniprésente dans la relation homme/cheval.
    L'homme comme le cheval se la partage et avouons qu'elle est à l'origine de bien des dysfonctionnements relationnels, quand elle n'est pas justement la seule cause des phobies équines que ces "nouveaux maîtres" s'efforcent de guérir.
    Certains grands cavaliers, plus ou moins secrètement ont recours aux rares professionnles français pratiquants.
    Je ne peux pas croire, que ce soit uniquement parce que "c'est tendance".
    A titre personnel, je peux témoigner que la Sécurité du couple cheval/cavalier est significativement renforcée, par ses approches.

    Les trop rares pratiquants ou instructeurs sérieux, qui s'inspirent de cette évolution de nos connaissances, ont tous un point commun : l'amour du cheval et la foi dans sa générosité naturelle.
    Alors si quand on parle d'eux on fait la promotion d'une éthique, empreinte de respect et d'amour du cheval, ce n'est pas très grave si il est nécessaire de les qualifier de nouveaux maîtres.
    PS : félicitations pour votre site.

    Alain Chastel<alain.chastel3@libertysurf.fr>   Réagir à ce message

    Wed, 21 Nov 2001

    J'ai eu mon 1er cheval il y a 22 ans maintenant, c'est mon métier depuis 10 ans ( j'ai une ferme equestre ).
    Je vie avec 20 chevaux tout les jours et pour eux; j'ai essayé de les comprendre pendant tout ce temps: j'ai eu des résultats: il est vraie que patience et douceur donnent des résultats!
    Il y a 8 mois j'ai fait mon 1er stage Parelli avec mon cheval... et je n'en reviens toujours pas, lui non plus!
    J'ai découvert nos differences, j'ai appris à penser cheval ! et dieu sait qu'ils ne pensent pas comme nous les prédateurs, eux les proies! enfin maintenant mon cheval difficile ne fait plus d'écarts, sort en exterieur avec son petit licol naturel (adieu la contrainte du mors) un vrai partenariat est né entre nous : merci Pat Parelli !!!
    C'est telement génial que je continue pour qu'il trouve aussi du plaisir à jouer avec moi ,les jeux au sol étant aussi important que ceux en selle.
    Par pitié avant de critiquer les "nouveaux maitres" allez les voir danser avec les chevaux essayer vous à leurs méthodes, apprenez à "parler cheval" je vous promet du bonheur ! mais attention quand on commence on ne peut plus s'arrêter.

    Christelle
    Margotiere<margotiere@wanadoo.fr>   Réagir à ce message


    Droit de réponse