L'épistaxis ou saignement de nez et rhinorragie


Sommaire

L'épistaxis est un saignement goutte à goutte plus ou moins abondant.

La rhinorragie est un écoulement continu.

Un jetage séro-hémorragique est un écoulement de sang assez clair, surtout présent lors d'infections chroniques.

Les causes sont multiples

En général quelques petits symptômes peuvent être présents : comme une toux, une fatigue anormale, de la fièvre, etc...

Il peut s'agir :

de tumeurs - abcès

Siégeant au niveau des sinus ou des cavités nasales.
Le traitement est chirurgical, il faut les retirer, mais il arrive que ces tumeurs récidivent.

Chez les chevaux d'un certain âge, l'hématome progressif que cause une tumeur à progression lente sur l'ethmoïde (os cartilagineux et vascularisé, de la base du crâne criblé de petits trous où passent les terminaisons du nerf olfactif, il est situé à la jonction entre les cavité nasales et le nasopharynx), provoque des saignements.

dus à des traumatismes

Certains problèmes osseux (traumatismes) de la tête et des cavités nasales se traduisent par des saignements plus ou moins abondants en fonction de la gravité des lésions, lors d'un coup de pied, d'une chutte ou d'un examen endoscopique, vermifugation avec sonde (qui d'ailleurs n'est pas plus efficace qu'une vermifugation corrête par pâte) etc...

les hémorragies pulmonaires (ruptures de vaisseaux pulmunaires) induites par l'exercice (HPIE)

Hémorragie Pulmonaire Induite par l'Exercice (H.P.I.E)

Elles représentent la principale cause d'épistaxis.
Elles interviennent souvent après un exercice intense.
L'HPIE se rencontre très fréquemment chez les chevaux de courses.

Les saignements peuvent se produire pendant la course ou immédiatement aprés ou 1 à 2 heures après l'effort.
Ces saignements sont souvent bilatéraux.

Il est préférable, si l'on peut, que l'endoscopie soit réalisée entre 30 minutes à 2 heures après l'exercice.
Leur gravité varie de quelques gouttes visibles le long de la trachée, jusqu'à l'hémorragie qui recouvre l'épithélium des voies respiratoires, de la bifurcation des bronches aux larynx.

Un examen cytologique des sécrétions respiratoires est encore plus sensible que l'endoscopie pour détecter les hémorragies.
La quantification du pourcentage d'hémosidérophages ou l'évaluation semi quantative du taux d'hémosidérine (pigment ferrugineux insoluble provenant du catabolisme de l'hémoglobine qui laisse des traces dans les foyers hémorragiques anciens) permet d'estimer la gravité clinique de l'HPIE et son évolution.

En régle gérale, l'HPIE est considérée comme une conséquence physiologique normale de l'exercice et non comme une maladie.
Certaines études ont démontré un lien entre l'HPIE et les contre performences (quand celles-ci peuvent être mises en évidence)

Certaines HPIE sont associés à des affections pulmonaires telles que les bronchiolites chroniques.

Il faut savoir que la répétition de sang dans les poumons entraîne une inflammation pulmonaire, (brochiolite), ce qui risque de fragiliser encore plus les vaisseaux et le tissus pulmonaire.
Le cheval doit avoir un environnement sain et être mis au repos.

Dans tous saignements de nez, il est préférable de faire une endoscopie pour voir le siège du saignement,et parfois même une radio (celle-ci étant encore plus précise), c'est une urgence.

Le traitement vise à diminuer l'hypertension (augmentation anormale de la pression du sang sur les parois des capillaires en l'occurence) dans la circulation pulmonaire.
Pour cela on emploie le furosémide (Dimazon).
Il est utilisé aux USA depuis de nombreuses années.
Son utilisation n'empeche pas le saignement, mais semble le réduire.
Il faut savoir que ce produit à des propriétés dopantes, donc interdit lors de courses ou concours, mais par contre, il est possible de l'utiliser à l'entrainement avant un travail intense, ce qui minimise l'HPIE et les complications associées aux saignements chroniques (infections pulmonaires).

Justement, en raison d'apparitions fréquentes de lésions bronchiolite, il pourrait être envisagé, l'administration de corticoïdes en aérosolthérapie, lors d'HPIE.

Le cheval a un avenir sportif incertain, car l'HPIE est une cause d'intolérance à l'effort.
Tant que son mécanisme ne sera pas élucidé, les traitements resteront empiriques.

érosion de l'artère carotide

Due à une infection (mycose et empyème) avec ou sans rupture des poches gutturales (anévrisme).

Il s'agit d'une infection des poches gutturales par des champignons.
Ces poches sont très proches des certains vaisseaux sanguins comme les artères carotides et si l'infection gagne par proximité ces artères, elles se rompent.

Les hémorragies ayant leur origine en arrière des choanes (orifice arrière des fosses nasales, les reliant au pharynx) sont souvent dues à une érosion de l'artère carotide interne, qui saigne dans une poche gutturale et c'est une urgence.

L'endoscope montre dans cette pathologie, la présence d'un caillot de sang à l'entrée qui est due à une plaque mycosique prés de l'artère carotide.
Il faut alors, faire une biopsie pour pouvoir faire des examens bactériologique et mycologique.
Il y a de fortes chances qu'il ai une infection à Aspergillus spp.
Cette pathologie est une urgence, car l'hémorragie peut être fatale.

Le traitement est chirurgical.
Il consiste à mettre des emboles (corps étranger dans les artères atteintes de façon à les oblitérer), qui sont en acier inoxydable et entourés de fibre textile synthétisée chimiquement (polyester) nommé : dacron.
Ils s'enroulent comme un ressort et permettent l'occlusion de l'artère.
Ils sont plus efficaces que les ballonnets utilisés auparavant.

Trois, quatre jours après l'opération, la mycose commence à se décoler, vers 40 jours, une forte régression des lésions mycosiques est observée et leur disparition compléte se fait environ dans un minimum de 6 semaines.

Le cheval peut reprendre le travail 15 jours aprés l'intervention.

ruptures de vaisseaux du pharynx et du larynx

Les ruptures de vaisseaux peut être dus à une fragilité de leur paroi.

Certains points sont importants :

Le sang s'échappe :

Le sang est-il :

En attente d'un diagnostic par endoscopie ou radiographie, le vétérinaire peut prescrire, de la Vit K3 (K-Pectyl) qui contribue à la coagulation, un hémostatique par perfusion si nécessaire.


Cornage Epistaxis Affection des poches gutturales Sinusites Laryngite Sommaire
Bronchite Bronchiolite Emphysème Asthme Pleurésie

Hit-Parade