Le cornage ou hémiplégie laryngienne


Sommaire

La seule existence d'un bruit anormal de la respiration fait du cheval "un corneur" dans les esprits.
Mais il en va tout autrement dans la réalité.

Un examen laryngé précise la cause de l'affection et détermine à quel type appartient le phénomène respiratoire observé et quel est son degré de gravité.

Il faut savoir que le cheval ne peut respirer comme nous par la bouche.
Ainsi, tout obstacle situé le long de ses voies respiratoires (des naseaux aux poumons) est suceptible de donner naissance à un bruit dont l'origine est parfois difficle à déterminer.

cornage cartilages_arytenoides

Toute perturbation des fonctions respiratoires retentit sur l'ensemble du mécanisme respiratoire.
L'asphyxie au moment de l'effort oblige le muscle cardiaque à "compenser" par une augmentation de son débit, donc de son rythme.
Il s'en suit à long terme, une fatigue du coeur, responsable de lésions secondaires ...
Et pour finir, une réaction en chaine pertube toute la biologie du cheval.

La douleur de l'effort s'en trouve exacerbée et cela rend le cheval anxieux et même parfois agressif.

Mécanisme et fonctionnement

Au fur et à mesure de l'effort, le besoin en oxygène se faisant sentir, l'organisme doit absorber une plus grande quantité d'air.
Si les arrivées d'air sont étranglées (premières voies respiratoires), il y a un manque d'oxygénation.
L'écoulement forcé d'air, dans un orifice réduit entraine un bruit, témoignant du phénomène de cornage, est variable en qualité et intensite selon la nature du rétrécissement.
Le cheval "ronfle", semble avoir quelque chose de coincé dans la gorge et s'essoufle anormalement.

Lors des mouvements respiratoires, certains cartilages dits aryténoïdes se déplacent légérement de l'avant vers l'arrière.

Cartilage aryténoïdelarynx

Les muscles qui permettent la mobilité de ces cartilages sont commandés par un nerf : le nerf récurrent.
Il existe un nerf récurrant droit et un gauche.
Ces cartilages normalement tendus sont colés à la paroi du larynx.
L'air passe donc entre ces deux cartilages aryténoïdes pour pénétrer dans le larynx où sont tendues les cordes vocales.

Larynx normal

Le cornage est donc une atteinte du nerf laryngé caudal qui innerve le muscle en question.
Le plus souvent c'est le nerf gauche qui est atteint.

La paralysie plus ou moins complète de l'un des muscles du larynx provoque un affaissement du cartilage aryténoïde et un relachement de la corde vocale qui lui est attachée.
cornage

Ces muscles s'atrophient et le maintien de l'ouverture de l'orifice ne peut donc plus être assurée.
L'obstruction provoque donc un bruit à l'inspiration.


cornage

Au repos, un cheval corneur a une respiratoin normale.

Le galop permet d'entendre et de reconnaitre ce bruit caractéristique lors d'un cornage "faible". Ce bruit cesse rapidement en fin d'activité.

Je conseille à toute personne lors d'une suspicion d'un bruit anormal (même si le vétérinaire dit que ce n'est pas un cheval corneur), de passer une endoscopie.
Ceci pour avoir vu et entendu un vétérinaire dire : que la difficulté respiratoire d'un cheval n'était pas de cet ordre, et qu'aprés avoir insisté lourdement avec preuve à l'appui, celui-ci m'ait confié que le cheval serait passé avec lui, à la visite vétérinaire car il ne croyait pas que ce cheval avait un problème de ce type, car il n'en avait jamais rencontré.

Le cornage est un vice rédhibitoire.

Comment apparaît le cornage ?

le cornage aigu

Il peut se dissiper avec l'atténuation des lésions qui en sont responsables et SI le cheval est au repos.

Le cornage chronique

Il s'agit le plus souvent de conséquences d'une maladie infectieuse des voies respiratoires supérieures (gourme..pharyngite..laryngite...etc), sans cause prédisposante d'hérédité.

Il est également dit que les chevaux les plus souvent touchés sont ceux de grandes tailles, les mâles et les hongres, rarement les juments.

En général les chevaux corneurs se situent entre 2 à 6 ans environ, ce qui correspond également aux infections respiratoires que les jeunes chevaux peuvent et ont en général à cet âge.

Le traitement

Deux techniques :
La ventriculectomie ou opération de Williams
Elle consiste à arracher une muqueuse qui forme un cul de sac appelé ventricule du larynx, entre la corde vocale et la paroi du larynx
La cicatrisation va plaquer la corde vocale contre la paroi.
Cette méthode n'est plus guère employée seule mais en association avec la pose de la prothése.

La pose de la prothèse laryngée
Elle consiste à tirer le cartilage aryténoïde de manière à le fixer dans une position normale.
La prothése est élastique, ressemblant à une tresse, est bien sûr irrésorbable, elle restera à demeure.
prothèse tressée pose_de_la_prothèse laryngée

J'ai eu la chance, il y a quelques années, d'assister à Grobois avec le professeur Desbrosse à cette opération sur une jument.

L'ouverture ne fut pas recousue pour un meilleur drainage de la "plaie", donc il fallait donner à manger à la jument dans un seau par terre et non dans une mangeoire (risque de passage de nourriture par la "plaie").
Un mot d'ordre important me fut donné, ne pas attacher la jument, pour ne pas occasionner à la prothése une tension du a un mouvement d'encolure non approprié.

Une couverture antibiotique fut donnée pendant un certain temps.

La jument eu 3 mois de convalescence composés pendant un certain laps de temps de promenades uniquement en main, puis, tout doucement un travail en longe uniquement au trot pendant environ 5 à 10 minutes, puis au galop dans les mêmes conditions et seulement après tout cela le travail monté.

Au total, il faut compter 6 mois avant que le cheval ne soit à nouveau au top de sa forme physique.

La récupération du système respiratoire fut totale et sans aucune complication.
La cause du cornage a été un étrenglement, juste au niveau de la gorge.


Cornage Epistaxis Affection des poches gutturales Sinusites Laryngite Sommaire
Bronchite Bronchiolite Emphysème Asthme Pleurésie

Hit-Parade