Le poulinage
Signes avant-coureurs


Sommaire ElevageSon On/Off

On appelle produit viable, un poulain né après 320 à 325 jours de gestation.
Malgré cela, le poulain est faible, inachevé.
Il faut le mettre au chaud, lui administrer des antibiotiques et le nourrir artificiellement (injections) pendant plusieurs semaines.

Il est important, pour faire un bon suivi, de calculer la date du terme de la gestation.
Pour ça, je fais une fiche individuelle par jument qui se présente sous forme de quadrillage avec les mois et les jours de l'année.
Tout ce qui concerne la jument, au plus petit détail près, y est inscrit.

La première chose est de connaître avec exactitude le jour de l'ovulation et à partir du lendemain de ce jour, compter 1er jour du début d'une gestation jusqu'au 330ème, date à laquelle commence la surveillance à plein temps (pour moi).

La préparation

Installer la jument, deux mois avant la date prévue, dans son box de poulinage. Il doit être assez vaste et sans angle saillant.

Natter la queue et l'enfermer dans un bandage.

Le box doit être en permanence propre et bien paillé

Pour une primipare ou une jument peu délicate, il est préférable de la déferrer.

Nettoyer à l'eau tiède et au savon de Marseille les parties génitales et les mamelles régulièrement et suffisamment à l'avance pour que la jument n'en soit pas perturbée le moment venu.

Lui mettre un licol. Ce qui peut être utile en cas de problèmes. La jument n'étant pas toujours coopérante dans ces moments là. L'habituer donc à le porter nuit et jour sans qu'elle s'attende à une manoeuvre particulière. Elle doit l'oublier.

Préparer à portée de main pour le poulinage:


Si la jument a subit une suture vulvaire, il est préférable de pratiquer l'épisiotomie avant que le poulain ne soit là.
Prendre un scalpel (plus pratique que des ciseaux) et sectionner la commissure supérieure des lèvres de la vulve sur une longueur de 1 à 2 cm.

Quelques signes extérieurs à l'approche du jour J

Les signes décrits ici ont été observés sur différentes juments et il ne faut pas oublier que chaque jument a son comportement propre.

la vulve s'allonge, les muscles de la croupe s'affaissent.

la jument peut être au pré : nonchalente, nerveuse, chasse les autres chevaux, bref, est légèrement irritable avec ses congénères, ou recherche la compagnie de l'homme

si la jument avait l'habitude de manger beaucoup de paille, sa consommation se réduit petit à petit.

elle est irritable lorsque l'on veut faire son pansage.

elle peut (tout dépend de son tempérament) marquer des signes d'inquiétude de temps en temps, se regarder les flancs, tourner en rond, gratter ou paraître très calme en restant sans bouger dans un coin du box, oreilles couchées lorsqu'apparaissent de petites contractions de faible intensité (genre de petites coliques) avec de très légers mouvements de flanc et une respiration plus rapide.

Par contre, si des contractions utérines d'une certaine intensité (jument qui se couche) durent depuis quelque temps, sans qu'il n'y ait de changement en quoi que ce soit, il est préférable d'appeler le vétérinaire car il faut se méfier des dystocies.

Un délai d'intervention d'une heure est un maximun pour minimiser les risques.

Ne pas confondre avec des coliques de faux travail qui sont rares.

le ventre recule petit à petit jusqu'à combler le creux des hanches : signe que le poulain s'engage.
Ce phénomène ne s'observe pas chez toutes les juments. Il est moins ou pas visible du tout si la jument est trop grasse ou a des pointes de hanche peu saillantes.

Position foetus

Il ne faut pas oublier que le poulain dans l'utérus est sur le dos et qu'il doit se retourner de façon à pouvoir franchir la filière pelvienne (bassin) correctement.

Passage filière pelvienne
Le poulinage est à prévoir dans les heures qui suivent.

les mamelles commencent à gonfler dans les 2 à 6 semaines qui précèdent le poulinage.
Dans un premier temps, elles redeviennent plates après une sortie d'au moins 1 à 2 heures au pré. Puis elles ne dégonfleront pratiquement plus, même après une journée au pré.
La cire peut apparaître 1 ou 2 jours (ou plus) et aussi 1 heure avant le poulinage.

Ne pas focaliser sur la cire car certaines juments n'en font pas.

Selon les juments, le lait peut donc perler quelques heures avant le poulinage (de 1 h à 10 h ou plus).
C'est le bouchon qui se forme au bout des deux mamelons comme une goutte qui ne tombe jamais qui est appelé cire.

Rien ne peut être précis. Seule une observation attentive des poulinières et l'expérience apportent quelques certitudes sur une même jument.

Il y a un signe en général qui ne trompe pas sur la proximité du poulinage : en pressant délicatement un mamelon entre le pouce et l'index pour recueillir 1 ou 2 gouttes de colostrum, ce pré-colostrum doit être épais et collant.
Bien sur, nous ne sommes jamais certain(e)s de la qualité de celui-ci avant...ce qui peut nous induire en erreur.
A partir de ce moment-là, entre quelques heures et 1 à 3 jours, le poulain est là si le travail se fait normalement.
Certaines juments peuvent être plus rapides que d'autres selon leur âge, la grosseur du poulain, etc... (Pour Pénélope c'était de l'ordre de 5 à 8 heures).

Des bandelettes sont vendues également pour doser le taux de calcium qui est un indicateur de l'approche du poulinage.
On utilise le même genre de bandelettes pour mesurer la dureté de l'eau. Elles réagissent de la même façon.

Beaucoup de livres disent qu'il ne faut en aucun cas toucher aux mamelles de la jument car elle peuvent perdre ce précieux "liquide"; mais presser délicatement quelques gouttes ne peut nuire à la jument.


Protocole de surveillance

La surveillance doit être renforcée et même constante quand on ne connaît pas la jument et à partir du 330ème jour, suivant les signes extérieurs.

Selon le caractère de la jument mettre ce protocole de surveillance en place.
Certaines juments ne supportent pas d'être dérangées alors que d'autres acceptent sans aucune difficulté.

Par souhait personnel, je préfère être présente et surveiller mes juments et plus encore pour une jument primipare.
Je dors dans l'écurie au moins 15 jours avant les 330 jours. De cette manière, on s'habitue l'une à l'autre.
Dans la journée, je n'hésite pas non plus dans mes allées et venues auprès d'elle.
A chaque fois un prétexte : rajout d'eau, de paille, de foin, un petit pansage, des caresses, etc... ou je m'assoie dans le box et reste ainsi quelques minutes en sa compagnie (toujours très riches en observation, et où un lien particulier nous unit au bout d'un certain temps.
Si, au début, la jument était anxieuse, après quelques temps, elle "oublie" ma présence, elle ne fait absolument plus attention à moi).

La lumière, la nuit font également partie du décor... mais une lumière très douce, suffisante pour pouvoir "jeter un oeil".

Tout ceci demande patience et beaucoup de temps. Je vis à l'écurie à l'heure des poulinages !!!

Certaines personnes préfèrent induire le poulinage par une IV de 2,5 UI d'Ocytocine, la "contrainte" de surveillance étant supprimée.
Normalement, dans les heures qui suivent (deux), le poulain est né.
Il faut également savoir que le déclenchement du poulinage peut aussi être recommandé pour certaines raisons.
Personnellement, je laisse la nature suivre son cours ... sauf cas particulier.


Introduction Les signes avant-coureurs Le jour J Le colostrum
L'hippomane Expérience perso Idées de noms Sommaire Elevage

Hit-Parade [Hebdotop.com]