Qualité de la corne


audience

Sommaire

La corne des sabots est un indicateur de l'état de santé du cheval.
Ce qui veut dire que la corne est un "marqueur" de la vie du cheval, bonne ou mauvaise alimentation, maladies etc ...

Sabot

Pour que le sabot puisse remplir pleinement sa fonction d'amortisseur, il faut que la corne (entre autres) qui le constitue soit souple et en bonne santé.
Une corne trop dure ou trop molle perd ses qualités d'élasticité.

Mère Nature a bien fait les choses puisqu'elle a pourvu la corne d'un vernis, le périople, qui la protège.
Ce vernis empêche normalement, l'eau de s'échapper du sabot ou de trop pénétrer à l'intérieur de celui-ci.

Il est donc très important de respecter cette structure.

le maréchal ferrant doit utiliser judicieusement la rape.
le cavalier qui aime bichonner ne doit pas frotter intempestivement avec une brosse dure sur le sabot lors du pansage.

Un cheval libre dans la nature a rarement des problèmes de pied car celui-ci marche en permanence, donc, active la pompe qu'est le pied, la pousse en est activée continuellement, ce qui contribue au bon maintient de l'équilibre et de plus, le cheval se déplace sur différents terrains (mou, dur, etc...).

De nombreux facteurs nuisent à la qualité de la corne.

un excés d'humidité ramollit trop la corne et entraîne une pourriture.
une corne trop sèche devient dure et cassante.

Corne sèche Corne cassante

Un cheval qui est la plupart de son temps en box sur une litière humide, n'active pas la pousse de sa corne.
Ce ne sont pas les 2 heures par jour de sortie qui vont y palier.
La vascularisation du pied est donc ralentie et la qualité de la corne s'en ressent.

Il faut également savoir que la chaleur que dégagent la litière et l'humidité sont redoutables pour cette corne, car c'est un milieu acide.

Donc le fameux "gâteau" de litière laissé en place dans le box peut être contestable.

Ce gâteau devrait, pour bien faire, être sec, c'est-à-dire, si le box est bien fait, donc, légérement en pente, l'urine ne s'accumulera pas. S'il est bien entretenu, suffisamment paillé, le gâteau sera sec.

Quelques a priori, réflexions et intérrogations à ce sujet :

Ce qui disent des propriètaires :

Quelques témoignages

J'ai eu une jument AA il y a une dizaine d'années qui a eu les pieds pourris parce que les gens qui s'occupaient des box laissaient plus de galette que de litière propre.
L'acidité et les bactéries qui s'en dégageaient ont ravagé les pieds de la jument.
Alors, évidemment ça ne se passe pas partout comme ça, mais je trouve qu'il y a beaucoup de gens qui profitent de cette façon de faire pour économiser sur la paille propre, c'est le cas là où sont mes juments en ce moment.
C'est vrai qu'elles n'ont pas les pieds secs, elles les ont mêmes parfois pourris.
Mon autre jument qui est dans un autre club, où il n'est jamais laissé de gâteau n'a pas du tout les pieds secs...
Et même si c'était le cas, je crois que je préfèrerais être obligé de graisser plus régulièrement les sabots.
Ariane
(Membre de la mailing-liste-Santé-Cheval)

Pour ceux/celles que cela intéresse, Marthe Kiley Worthington traite du gâteau dans son très intéressant livre.
Le gâteau doit être paillé tous les jours.
Donc pas de forêt noire !
Le gros de la crasse (paille mouillée et maximum de crottins) enlevé aussi tous les jours.
Le gâteau ne se "pratique" qu'en hiver.
Il tient le cheval plus au chaud (couche isolante du sol froid + légère décomposition chauffante)et d'après les études de MKWorthington, on aurait constaté que les chevaux se couchaient plus sur le gâteau, et donc se reposaient plus que sur n'importe quel autre sol.
Bien sur les locaux doivent être correctement ventilés.
Elle n'y trouve que des avantages...

J'ai testé cet hiver, bien qu'il ne fut pas très froid.
Je suis maintenant convaincue du bien fondé de la méthode.
De plus j'ai fait une substantielle économie de paille, ce qui ne gâche rien !

Annick Goblet
(Membre de la mailing-liste-Santé-Cheval)

Cet hiver, j'ai laissé un gâteau, évidement je repaillais tous les jours, il n'y avait aucune odeur, par contre la neige fondait au dessus du box de Penny et pas au dessus des autres qui étaient curés à fond tout les jours
Le sol du box était en béton , mais le drainage était tel qu'il n'y restait pas trace d'urine.

La louise de passion western
(Membre de la mailing-liste-Santé-Cheval)

Le gâteau est un bien précieux pour les chevaux, faut-il que le sol soit en terre battue.
Le gâteau peu être ratissé et on obtient une "poudrette" que je n'échangerais pas contre un palefrenier gratos.
Le paillage style club, ne fait plaisir qu'aux propriétaires, il y a toutefois un certain nombre de conditions pour un gâteau de plusieurs mois : On obtient le meilleur sol avec la meilleure hygrométrie.
La terre battue, c'est pour l'amoniaque, petit détail, s'il y a la moindre odeur c'est loupé.
Si le gâteau est réussi, quel pied pour les pieds.

@chille
(Membre de la mailing-liste-Santé-Cheval)

Pour le froid, on peut mettre un supplément de paille l'hiver, et le tour est joué (sauf si le cheval est un gros mangeur de paille !).
Pour les pieds, je suis pas d'accord du tout!!!
L'humidité peut être préservée avec des douches et des graissages réguliers.
Par contre, la couche de crasse laissée au fond des boxes est saturée d'ammoniaque, vu les pipis de nos doudous, et c'est la cause n°1 des fourchettes pourries.
Si on a le temps, pour moi rien de mieux que de vider le box tous les jours.
Maintenant, ça c'est mon avis (et je le partage), mais je suis toujours ouverte à la discussion...

Sandra
(Membre de la mailing-liste-Santé-Cheval)

Effectivement, souvent on conseille de laisser une certaine épaisseur de fumier,mais surtout pour son rôle isolant.
J'ai jamais entendu parler de cette histoire d'odeur...
Bien sûr, plus il fait chaud, moins tu en as besoin, et en plus ça peut effectivement devenir un nid à parasites, donc vraiment très cool.
Même si tu choisis de laisser une sous couche pour l'hiver, il faut quand même que tu cures le box, je dirais à fond 1 fois par mois et dans ce cas là, en désinfectant.
En fait, la politique de la litière dépend beaucoup d'un club à l'autre (souvent pour des raisons financières), quant aux proprios, ils s'adaptent en fonction de leurs animaux (sensibilité au froid, aux bactéries...)

Angie
(Membre de la mailing-liste-Santé-Cheval)

Pour ma part, depuis plus de 20 ans (et aucun problème de corne ou de pourriture de la fourchette), je laisse l'hiver un peu de gateau sous une condition bien particulière, c'est qu'il ne soit pas humide, il ne doit pas faire "spitch spitch" quand on marche dessus ...mais rester ferme.
Les crottins et les zones humides sont retirées tous les jours.

Je vous laisse donc ...méditer !!!


Défauts et qualités de la corne Corne cassante et friable Pied dérobé Décollement de la paroi Seimes Sommaire

Hit-Parade