Les cestodes (anoplocéphales) : les ténias


audience

Sommaire

De la famille des Anoplocéphalidés, les cestodes : éléments d'une classe de vers plats de l'embranchement des platodes.

Les Cestodes, souvent improprement appelés vers solitaires, sont des Plathelminthes endoparasites de l'intestin, dépourvus de système digestif à tous les stades de leur développement.
Leur corps, en général aplati, rubané, présente un organe de fixation, le scolex (tête du ténia), en arrière duquel une zone de croissance produit de façon continue des segments ou proglottis, formant ainsi une chaîne, le strobile.

C'est le scolex, qui assure la fixation du ver par des ventouses, qui permettent de s'accrocher à la muqueuse digestive sans être entrainés avec les aliments.

Tenia    

Les téguments, absorbent les aliments dans le contenu intestinal de l'hôte.
Le ver compense ainsi l'absence d'un intestin.
Les ténias se nourrissent en absorbant des lipides, des glucides, protéines, oligo-éléments et vitamines.

Chaque segment renferme un appareil reproducteur hermaphrodite (qui a les organes de reproduction des deux sexes), dont la maturation se fait progressivement le long du strobile, d'avant en arrière.
La plupart des segments d'individus séparés s'accouplent, chacun fécondant l'autre.
Après la fécondation, les appareils génitaux dégénèrent pour laisser place à un utérus rempli d'oeufs.
Seuls les derniers segments sont dans ce cas, ce sont les segments ovigères.
Ils se séparent du corps du ténia et se retrouvent dans le gros intestins, où ils se déchirent et libèrent les oeufs, qui se retrouvent dans les crottins ou sont éliminés entiers.

Les oeufs renferment une larve hexacanthe (qui possède six crochets) ou oncosphère (embryon mobile et cilié de certains ténias), dont le cycle évolutif, hétéroxène (dont les larves ou oeufs expulsés doivent passer par un hôte intermédiaire pour atteindre le stade infestant), comporte des métamorphoses.
L'oeuf donne une larve infestante après ingestion par un acarien.
Les acariens prolifèrent sur des terrains acides, humides (drainage et chaulage sont recommandés).
Le cheval se contamine au pré en ingérant les acariens présents sur l'herbe.
La larve ingérée se fixent sur la muqueuse de l'iléon, puis fabrique des segments et 6 à 10 semaines après, le cheval héberge un ténia.

L'affection parasitaire n'est possible que sur des chevaux allant en prairies, ceux-ci s'infestant au printemps.
Le cycle commence ainsi, puis 6 semaines après ils éliminent des segments et des oeufs, ingérés ensuite par les acariens.
On peut donc dire que le pic de prévalance du ténia se situe entre octobre et janvier.

Ils sont les moins fréquents.

Résumé, en bref :
Le cycle du ténia fait intervenir un hôte et dure environ 3 à 6 mois.
Les vers adultes libèrent des segments remplis d'oeufs embryonnés (proglottis gravides) dans les crottins.
Ces oeufs siont ingérés par des acariens terrestres coprophages (qui mangent des excréments) et évoluent en larves infestantes cysticercoïdes (larve de ténia ayant une vésicule rudimentaire sans liquide) en 2 à 4 mois.
Les chevaux s'infestent par ingestion des acariens présents sur l'herbe.

Les différentes espèces

Trois espèces de ténias affectent le cheval de tout âge mais plus particulièrement de 6 mois à 2 ans :

Anoplocephala magna c'est le plus grand (20 à 80 cm sur 2 cm de large), il vit à l'état adulte dans l'intestin grêle.

Paranoplocephala malillana.A.magna et P.mamillana localisé dans l'intestin grêle, mesure de 1 à 5 cm sur 0.5 cm de large, il est rare.

Anoplocephala perfoliata le plus fréquent, il est de petite taille (4 à 8 cm sur 1 cm de marge).
Il est localisé à l'ilium (partie postérieure de l'intestin grêle, au niveau de la valvule iléocaecale, jonction entre l'iléon, partie terminale du petit intestin, et le caecum et le côlon, formant le gros intestin) ou au cæcum.
C'est l'espèce la plus répandue.

Symptômes

Peu de chevaux vont manisfester des signes cliniques, car la charge parasitaire est en général faible, mais si tel n'est pas le cas, voici quelques symptômes.

Les coliques spasmodiques sont associées à ces vers.
Coliques à répétition par obstruction du tube digestif, coliques d'origine iléo-caecale, arrêt de la motricité digestive, avec comme complications :

Le diagnostic ne se fait que par coproscopie.
Mais il faut savoir que parfois l'analyse revient négative, lorsque le cheval a moins de 20 ténias.
Il faut donc en faire plusieurs, 3 au moins, espacés d'une semaine. La meilleure période pour faire ces coproscopies est l'automne.

Il n'existe (en 1998) aucun produit spécifique, ayant une autorisation de mise sur le marché en France.
Chez les ruminants il existe d'autres molécules :

Familles de molécules actives (pas d'indications officielles)
  • le pamoate de pyrantel (Strongid), peut cependant apporter une solution lorsqu'il est administré à 2 ou 3 fois la dose habituelle (environ 14 à 19 mg/kg).
  • le sel pipérazinique (Salicylanilides : le niclosamide) actif sur le ténia (taenia-echinococcus).
On vermifuge de préférence en hiver.
Parasites digestifs Ascaris Gastérophiles Oxyures Strongles Ténias Sommaire
Douve du foie Trichonémose larvaire Autres vers Vermifugation Choix du produit Discussions

Hit-Parade