Le pouvoir pathogène d'un micro-organisme (microbe ...)


audience

Sommaire

Il dépend en partie de la réceptivité de l'hôte.

De nombreux facteurs interviennent : l'âge, l'hérédité, le niveau de stress, l'état nutritionnel, l'état du système immunitaire (immunité) et l'existence de maladies préalables.

Age

Ce facteur peut faire varier la réceptivité.
      Nous l'avons vu, le poulain naît sans défense immunitaire.
      Il l'aquiert s'il boit suffisament de colostrum, puis son système immunitaire commence à fonctionner au bout de 15 jours environ en synthétisant ses propres immunoglobulines.

Avec le vieillissement, la réponse immunitaire commence à s'affaiblir.
      Les lymphocytes se diversifient et il se produit une perte progressive de la régulation cellulaire de l'organisme.

Hérédité

Elle peut également influencer le développement de l'infection.
      Certains lignées peuvent présenter une sensibilité génétique particulière à certaines infections.

Stress

Il intervient sur la réceptivité à l'infection en provoquant une élévation du taux de cortisone dans le sang.
      L'élévation prolongée de la cortisonémie a pour conséquence de diminuer les réponses anti-inflammatoires, de vider les stocks d'énergie, de conduire à un état d'épuisement et de diminuer la résistance à l'infection.

Etat nutritionnel

Il joue un rôle important dans l'immunité.
      La résistance à l'infection dépend du régime alimentaire qui, pour être correct, doit fournir les éléments nutritifs indispensables.
Les anticorps sont des protéines et la capacité du corps à fabriquer ces anticorps peut être entravée si l'alimentation n'est pas correcte.

Processus pathologiques

Toute maladie diminue les défenses immunitaires de l'organisme contre l'infection.
      La gravité de la maladie pré-existante intervient de façon prépondérante sur le risque de contracter une autre infection.


Introduction Pouvoir pathogène Stades de l'infection Sommaire

Hit-Parade