Le système immunitaire


audience

Sommaire

Le corps est continuellement exposé à des micro-organismes dits pathogènes qui provoquent des maladies, et à des substances nocives de l'environnement.

Le système immunitaire a pour fonction essentielle la distinction des divers constituants de son propre organisme et du "non-soi"; ce qui est évident lorsqu'il s'agit de l'agression de l'organisme par une bactérie, mais les frontières entre soi et non-soi le deviennent moins lorsqu'on évoque les maladies auto-immunes, ce qui signifie s'immuniser contre ses propres tissus.

Les différents degrés du caractère "étranger à l'organisme" sont définis par les trois types de spécificités antigéniques :

Le système immunitaire constitue donc une défense de l'organisme où de nombreux mécanismes entrent en action.
      Il est constitué de milliards de cellules particulières appelées globules blancs, leucocytes et lymphocytes, de protéines uniques appelées anticorps, de produits chimiques qui transmettent la réponse immunitaire, et enfin d'organes spécialisés chargés de renouveler et d'orchestrer cet ensemble.

Tous ces mécanismes de défense doivent agir ensemble et sont conçus pour réagir rapidement et assurer une protection efficace contre les micro-organismes pathogènes et leurs toxines.


Le système immunitaire comporte en outre des cellules, comme les macrophages, et d'autres molécules, comme le système du complément, qui interviennent dans son fonctionnement sans toutefois posséder directement le critère de spécificité attaché à la fonction de reconnaissance, qui reste l'apanage des immunoglobulines, Ig en abrégé.
      Celles-ci peuvent être soit libres dans l'organisme et véhiculées par le courant circulatoire, soit attachées aux lymphocytes (de type B) qui les produisent.

Les lymphocytes sont groupés en clônes, un clône étant un ensemble de cellules identiques, descendantes d'une même cellule initiale et exprimant les mêmes potentialités génétiques. Chaque clône, synthétisant une espèce d'immunoglobuline et une seule, est sélectivement stimulé par l'antigène que reconnaît l'immunoglobuline qu'il exprime. Cette conception, largement vérifiée depuis lors par les faits, est connue sous le nom de théorie clônale.

Les lymphocytes se trouvent en quantités plus importantes dans certains organes comme la rate, le thymus, les ganglions lymphatiques...
      C'est pour cela que parfois les ganglions de l'auge sont hypertrophiés, mais cela ne reste que temporaire. C'est en fait le témoin d'une hyper-activité du système immunitaire contre des agresseurs.

Son organisation générale ressemble à celle du système nerveux central, c'est-à-dire un traitement d'un vaste ensemble d'informations, forte intégration et régulation par des médiateurs ou molécules messages.
      Du reste, système immunitaire et système neuro-endocrinien interagissent étroitement entre eux.


Les microbes et les toxines sont des antigènes et leur introduction dans l'organisme provoquera la formation d'anticorps (antitoxines) qui vont réagir contre ces antigènes.
      C'est le principe général sur lequel est basé l'utilisation des vaccins et des sérums.

L'immunité est donc un état de résistance de l'organisme.

Les désordres du système immunitaire sont :

L'hygiène de vie et du travail, l'alimentation, jouent un rôle essentiel dans la qualité de ces défenses. Le stress, quelle que soit sa nature, diminue fortement la compétence immunitaire, ce qui peut expliquer les variations individuelles et l'efficacité très moyenne des vaccins.


Système immunitaire Immunité Anticorps Auto-immunité Sommaire

Hit-Parade