Sulfur (Soufre)

Le soufre est connu depuis les temps les plus reculés.
Il est cité dans la Bible et dans L'Odyssée.
Son nom vient du sanscrit sulvere qui a donné sulfur en latin.
Ses usages anciens furent la désinfection.

Le soufre est un métalloïde bivalent comme l'oxygène, qui existe à l'état libre ou sous la forme de sulfures métalliques.
On l'obtient par combustion de la terre soufrée ou des minerais tel que la pyrite (sulfure de fer naturel).

Le soufre est un corps avide d'oxygène donc un régulateur énergique.
Il peut se combiner à lui et l'immobiliser ou le chasser des combinaisons chimiques ou avec des métaux pour donner les sulfures, ainsi qu'avec l'hydrogène pour donner de l'hydrogène sulfuré (H2S).

Le métabolisme du soufre organique est lié à celui des acides aminés puisque les protides en contiennent 2%.
De nombreuses réactions biochimiques requièrent du soufre organique.
Ces réactions peuvent être déréglées par des sulfamides et les carences en oligo-éléménts.

On utilise le soufre sublimé ou fleur de soufre en usage externe et le soufre lavé et précipité en usage interne.

Il faut également savoir que la corne et les crins sont composés de kératine extrêmement riche en soufre.

En homéopathie, les 3 premières dilutions sont obtenues par trituration de la fleur de soufre.

Sulfur 30 D, nettoie l'organisme en libérant et en éliminant les déchets métaboliques de l'auto intoxication
Il est recommandé surtout pour drainer l'organisme après un traitement aux corticoïdes.
Attendre environ 1 semaine et traiter à nouveau.

On l'utilise Sulfur 200 D lors d'affections cutanées et attendre environ 15 jours.
Remède antipsorique (lutte contre la gale), .

Sulfur en dilutions croissantes, 1 fois par semaine, associé à un iso de sérum, permet d'obtenir des améliorations dans la dermite estivale récidivante.

Les administrations doivent être éloignées lors de dilutions élevées.