Sariette

Aromates de senteur et de saveur assez distinctes, la sarriette des jardins (Satursia hortensis L.) et la sarriette vivace (S. montana ) peuvent être confondues pour l'usage thérapeutique.
Ces labiées renferment (surtout dans les glandes bien visibles à la loupe sur les feuilles) 0,10 à 0,18 p. 100 d'essence aromatique riche en phénols (surtout carvacrol, isomère du thymol), en cymène et autres carbures.

Excitantes, puis stupéfiantes par leur essence (nettement toxique à forte dose), les sarriettes sont, aux doses thérapeutiques, stimulantes, antispasmodiques, antidiarrhéiques.

Condiments traditionnels des féculents et autres mets de digestion difficile, les sarriettes ont un pouvoir stomachique certain, à mettre à profit dans les dyspepsies atoniques, les fermentations intestinales, les spasmes gastriques et intestinaux.

L'infusion à 2 ou 3 p. 100 (une tasse à la fin du repas) est également utile dans les diarrhées et les gastro-entérites (de préférence avec un astringent: potentille, renouée, etc.).

Dans l'usage externe, en lotion contre la gale.