Pin (genre Pinus L.- pinus montana ...)

Les emplois médicinaux des pins (genre Pinus L.) sont très nombreux.

Les bourgeons floraux, la résine purifiée, ou térébenthine vraie, et le produit de sa distillation, l'essence de térébenthine, le goudron extrait du bois par combustion lente ou distillation sont susceptibles d'usage médical
La térébenthine et son essence sont de puissants modificateurs des sécrétions trachéo-bronchiques par leur action fluidifiante, expectorante et antiseptique, qui est efficace dans le catarrhe chronique des bronches, la broncho-pneumonie, la pleurésie, certains types d'asthme, la gangrène pulmonaire.

L'usage interne de la térébenthine et de son essence doit être attentif, car il peut y avoir des risques, à doses excessives, d'irritations gastro-intestinales, urinaires et de troubles nerveux graves.

On prescrit surtout, une «essence hydrosoluble» sans effets irritants (sous surveillance médicale).
L'essence de térébenthine est l'antidote du phosphore.
Elle est incompatible avec l'iode et ses dérivés, avec tous les agents oxydants et les acides minéraux.

L'usage externe est plus populaire que l'usage interne, mais des précautions sont aussi de règle.
La peau absorbe très facilement l'essence, d'où des risques d'intoxication.
Il y a parfois une forte réaction allergique.
À titre de sédatif, elle entre dans les baumes destinés à combattre les rhumatismes (essence mêlée à trois ou quatre fois son volume d'huile, en frictions).
L'application d'essence pure en cataplasmes révulsifs est à déconseiller.
La térébenthine entre dans de nombreux onguents antiseptiques et parasiticides.

Le goudron (dit «goudron végétal») est un bon balsamique Sa macération dans l'eau donne «l'eau de goudron», autrefois réputée comme tonique de l'appareil digestif, diurétique, dépuratif, anticatarrhal.
En usage externe, il s'emploie contre certaines dermatoses (sous surveillance médicale). Les bourgeons ont les propriétés de la térébenthine sans en avoir les inconvénients aux doses médicinales Récoltés surtout sur les pins sylvestres, en mars ou avril, ils permettent de préparer une infusion (de 20 à 30 g/l - infuser deux heures - 0,5 l par jour en trois ou quatre prises) qui a des usages variés: catarrhes chroniques des voies respiratoires et urinaires, lithiase biliaire, rhumatismes, grippe. En usage externe, elle s'applique en lotions sur les dermatoses (érysipèle), les plaies, les ulcères

Antiseptique des voies respiratoires, expectorant, bactéricide, cholagogue Usage externe : rubéfiant (qui produit des rougeurs de la peau), peut être utilisé sur les articulations atteintes de rhumatisme ou d'arthrite