- Fumeterre (Fumaria officinalis L.; fumariacées)

Prescrite en cholagogue dans l'Antiquité, la fumeterre renferme un alcaloïde, la fumarine, et un acide, dit acide fumarique, associés à du tanin, à des sucres, à des sels de potassium.
La fumarine est toxique et curarisante à haute dose, stimulante à très faible dose.

La plante, employée entière sans la racine, est une dépurative, diurétique et tonique. Sa cure provoque, pendant les huit ou dix premiers jours, une augmentation sensible du nombre des globules rouges, nombre qui régresse ensuite, tandis qu'il se produit une baisse du tonus général. Il est donc nécessaire, dans l'usage tonique-dépuratif, d'alterner cures de huit jours et périodes de repos de dix jours.

Elle s'indique dans les insuffisances digestive et hépatique, l'ictère : infusion (50 g/l) est fort amère et s'emploie à la dose de 2 ou 3 tasses par jour
A dose plus forte, la fumeterre est calmante.

En usage externe, la décoction est utilisée en lotions sur les dermatoses, en cures prolongées (mais interrompues aussi périodiquement).