- Calendula

Le beau souci officinal des jardins (Calendula officinalis L.; composées) et son proche parent sauvage, le souci des champs (Calendula arvensis L.), ont les mêmes usages.
Il renferme un pigment complexe, de la nature des caroténoïdes, dit calenduline, une substance amère, une résine, des acides, du mucilage, des traces d'acide salicylique.
C'est aussi un sudorifique (qui provoque ou augmente la sudation, la transpiration) dans les maladies infectieuses. Antiseptique, anti-inflammatoire, cicatrisant remarquable, le souci a des emplois externes variés: plaies, engelures, brûlures, furonculose, eczémas de différents types, impétigo, pyodermites diverses.

L'homéopathie fait du souci le grand médicament des plaies et ajoute aux indications précédentes: contusions, ulcères, adénopathies, gangrène, piqûres d'insectes, etc.

Action anti infectieuse évite toute complication abcés ...