- Bryone (Bryonia dioica L. - cucurbitacées)

La racine énorme et charnue de la bryone est usitée en médecine depuis un temps immémorial.

La composition, très complexe, imparfaitement connue, n'éclaire pas beaucoup l'action thérapeutique : 2 à 9 % du poids sec d'une résine dite «bryorésine» (contenant des acides gras et des alcools), un alcaloïde (bryonicine), des diastases, un glucoside ou mélange glucosidique, la bryonine, etc.

Plante toxique par ses baies, ses parties vertes et surtout sa racine, elle sert aux doses thérapeutiques comme purgative, diurétique, expectorante. Elle est indiquée dans la constipation par atonie, les hydropisies, les rhumatismes, les maladies inflammatoires des voies respiratoires. La bryone doit être maniée prudemment. On utilise la poudre de racine sèche : 0,5 g (purgatif doux) à 3 grammes (drastique). L'oxymel, expectorant, est obtenu avec 45 g de racine fraîche broyée pour 500 g de miel et 750 g de vinaigre. Laisser bouillir 30 minutes, passer, prise de deux à trois cuillerées à soupe par jour. En usage externe, la pulpe fraîche de racine est résolutive et anti-ecchymotique (épanchements articulaires, arthrite, contusions). Elle est rapidement rubéfiante et irritante, elle doit être associée à des émollients, son ou farine de lin.