Aromathérapie


audience

Sommaire

C'est le traitement des maladies par les arômes végétaux, c'est-à-dire les essences aromatiques appelées huiles essentielles (H.E.) dans le langage médical. L'aromathérapie est une branche de la phytothérapie (du grec yuzov , plante) et l'une des thérapeutiques les plus anciennes du monde avec l'argile.
Elle remonte à la plus haute antiquité et semble avoir pris naissance en Orient.

Ces essences sont des substances volatiles et odorantes contenues dans les végétaux. On en rencontre une très grande variété dans tout le règne végétal et dans tous les organes des plantes.Elles sont employées en thérapeutique soit pour leurs propriétés aromatisantes (essences d'anis, d'orange amère), soit en raison de vertus curatives propres.

Depuis leur découverte, les essences ont été incorporées dans certaines préparations médicinales ou du domaine cosmétologique. Il y a une trentaine d'années l'aromathérapie n'existait toujours pas en tant que médecine à part entière.

Pourtant, dès la fin du XIXe siècle, d'importantes communications scientifiques avaient été publiées, démontrant en particulier les puissantes propriétés anti-infectieuses des huiles essentielles — les H.E. agissent à des dilutions allant, selon l'essence et le germe en cause, aux concentrations de 5/100 à 1/2 000, 1/6 000, 1/10 000... 1/80 000 (1 g de produit pour 80 l de liquide) pour l'azulène, l'un des constituants de l'H.E. de camomille.

Les huiles essentielles sont des produits complexes, contenant pour la plupart plusieurs centaines de constituants.

Dès 1945, le docteur Jean Valnet s'attacha à codifier de façon claire, en fonction de sa propre expérience, les propriétés des plantes médicinales comme des huiles essentielles, leurs indications et leurs posologies, par voie interne ou externe, des points de vue curatif ou préventif.

Tout-à-fait oubliées de nos jours, dans l'usage courant, les propriétés médicinales des épices valent d'être remémorées.
Les chimistes et les médecins contemporains s'y intéressent.

Indispensables sur nos tables, elles le sont sans doute moins en médecine, mais leur utilité a été reconnue dans un bon nombre de domaines thérapeutiques, comme toniques, cholagogues, antiseptiques, sédatives, etc...

Leur action stimulante sur l'appétit et la digestion, elles sont parfois riches en vitamines.


On obtient les huiles essentielles de diverses manières:
par simple expression du végétal (girofle)
par incision (laurier de la Guyane)
par séparation d'un autre produit par un solvant ou la chaleur (térébenthine)
par enfleurage (jasmin)
mais surtout dans la grande majorité, par distillation à la vapeur

Exemple de préparation par distillation:
Les essences de feuilles et de fleurs sont distillées à la vapeur, les autres à feu nu. Elles passent en même temps que les eaux distillées, mais on renouvelle l'opération avec l'eau aromatique obtenue (cohobation).
Pour les bois et les écorces on fait une macération préalable dans l'eau.
L'essence passe avec l'eau puis, peu à peu, l'huile essentielle se sépare et on la recueille dans des appareils spéciaux connus sous le nom de récipients florentins.
Ce sont des récipients munis latéralement d'un tube :

Récipient florentinRécipient florention pour les essences plus légères que l'eau:

prenant naissance à la base et remontant latéralement pour se recourber en bec avant d'arriver à la naissance du col, l'essence moins dense que l'eau se rassemble à la partie supérieure, tandis que l'eau s'écoule par l'extrémité du col.

Récipient florentinRécipient florentin pour les essences plus lourdes que l'eau:

prenant naissance à la partie supérieure, un entonnoir effilé plongeant jusqu'au fond du vase sert à recevoir les distillats, l'essence plus dense que l'eau se rassemble à la partie inférieure tandis que l'eau monte à la surface et s'écoule par le tube.


Le rendement est très bas : il faut plus de 200 kg de plantes pour obtenir 1 kg d'H.E..

"Tout peut guérir par les arômes, si l'on sait s'en servir, les doser et les appliquer à bon escient".
Dr Foveau

De nature allopathique, la phyto-aromathérapie peut s'allier à l'homéopathie.

Pour de nombreux homéopathes, elle représente même une salutaire médecine d'appoint ou de relais, surtout dans le domaine infectieux.

L'aromathérapie est susceptible, à certaines doses ou chez des sujets prédisposés, de provoquer des effets secondaires plus ou moins graves pouvant aller parfois jusqu'au coma et la mort.

Le profane ne doit en aucun cas "jouer" avec une automédication fantaisiste.

Le domaine majeur de l'aromathérapie est la pathologie infectieuse, les pouvoirs antiseptiques, bactéricides, bactériostatiques, antibiotiques, antifongiques, antiparasitaires, vermifuges des huiles essentielles sont indiscutables.

Mais les huiles essentielles sont pourvues de nombreuses autres propriétés:

antirhumatismales, circulatoires, hyper ou hypotensives, tonifiantes, antispasmodiques, stomachiques, hépatovésiculaires, hypoglycémiantes, hormonales (certaines essences contiennent une hormone analogue à la folliculine animale: sauge, cyprès, persil, etc...), cicatrisantes (c'est grâce aux vins et vinaigres aromatiques appliqués en compresses que les chirurgiens des siècles passés évitaient l'infection des plaies de leurs blessés), etc...

Antispasmodiques et anti-inflammatoires

Beaucoup d'espèces contiennent de santonine, vermifuge puissant efficace contre les oxyures

D'autres espèces sont des antibiotiques

Les Astéracées fournissent également des insecticides


En résumé, les essences des plantes sont douées de nombreuses propriétés

Action antiseptique
Elles préviennent des fermentations, des putréfactions, empêchent la prolifération des microbes
Action bactériologique
une étude en 1960 a démontrée au moins 54 huiles essentielles aux propriétés antibactériennes
Un pouvoir bactéricide
C'est à dire une destruction des microbes
Un pouvoir virucide
Déstruction des virus alors qu'aucune médicament actuel ne peut les détruire
Un pouvoir broncho dilatateur et broncho sécréteur
Une action désintoxiquante
Une action diurétique
Une action cicatrisante
Une action vermifuge
Et encore bien d'autres ...

L'activité et l'efficacité des essences naturelles des plantes dépend de leur "culture", de l'endroit où elles ont poussées, etc...

Les essences naturelles ne s'utilisent pas pures, mais diluées dans l'alcool ou l'huile de sésame ou de noix au 1%.
Il faut compter 15 gouttes / 100 kg de poids vif 3 à 4 fois par jour.


Sommaire

Hit-Parade