Cross

Le premier "military" français a été remporté par le Capitaine de Saint Phalle, un écuyer cadre de Saumur, en 1902.
Puis cette discipline se répend en Angleterre, en Irlande, en Suède, en Allemagne, aux USA.
En 1912, la F.E.I. (Fédération Equestre Internationale) voit le jour grâce à la France et à la Suède.
Le military intègre les diciplines des J.O. à Stocklom.
Les épreuves se déroulaient sur 5 jours et, à l'époque, un même cheval participait à toutes les épreuves dans l'ordre suivant :


Il faut attendre les jeux équestres de Paris en 1924 pour que le complet apparaisse plus ou moins sous la forme actuelle.
Pour la première fois une carrière de dressage de 60 x 20 m fut utilisée.
Le fond se courrait sur des distances plus longues, avec deux routiers, un steeple, un cross et une épreuve de galop à vitesse moyenne à la fin du cross.
Les obstacles du cross étaient des fossés, des trous, des banquettes ...avec comme hauteur 1.15m et 3.50m de large.
L'endurance tenait une place importante.
De 1928 à 1956, les équipes internationales ne sont constituées que de trois cavaliers.
La moindre élimination évince toute l'équipe.
Lors des J.O. de Londres en 1948, la France obtient la médaille d'or en individuel grâce au capitaine Bernard Chevallier.
Depuis cette médaille, le Duc de Beaufort (anglais), a prêté l'année suivante sa propriété à la Britich Horse Society et c'est ainsi qu'est né le célèbre concours complet de Badminton.

Badmington

A partir des années 55, les Anglais dominent la discipline.
Après les J.O. de 1956, le nombre de chutes est limité sur le cross.

Lors des J.O. en 1956

Lors du premier championnat d'Europe, en 1957 à Harewood, une "fille" remporte la victoire.
C'est l'anglaise Sheila Willcox sur High and Mighty.
En 1960, pour les J.O. de Rome, les équipes sont constituées de 4 cavaliers dont les 3 meilleurs parcours sont pris en compte.
En 1966, le galop final à accomplir après le cross disparaît.
Reiner Klimke, qui a concouru en complet remportant une médaille à Rome, le regrette :
"..le galop final après le cross devait permettre aux chevaux particulièrement fatigués de retrouver un rythme normal de respiration et de circulation du sang ...".
André Legoupil disait :
"On en faisait beaucoup plus avec les chevaux d'autrefois, mais de façon plus échelonnée.
Aujourd'hui on court pour gagner".

Les parcours de cross actuels ne ressemblent plus vraiment à des épreuves en terrain varié.
Ces épreuves s'apparente à la fois : La notion d'endurance a beaucoup disparu.


Quelques grands noms


Hit-Parade