La naissance de la ferrure


audience

SommaireSon On/Off
Hipposandale

Les chevaux aujourd'hui sont ferrés, mais il n'en fut pas toujours ainsi.

En Asie centrale, berceau de la domestication du cheval, au Moyen-Orient, en Egypte ou dans le monde gréco-romain, la ferrure à clous n'est pas attestée avant l'ère chrétienne.
Le vocabulaire, les représentations, les fouilles ne la révèlent nulle part.
Les traités d'hippologie eux-mêmes, hittites ou assyriens, et le classique du genre, l'Art équestre (~ 380 env.) de Xénophon, ignorent cette ferrure, se bornant à indiquer, ici ou là, divers procédés pour durcir le sabot.

Au temps de Catulle, poète latin né à Véronne aux environs de l'an 87 avant le début de notre ère, le fer n'était pas inconnu.
Au début on le fixait avec des lanières et, plus tard, cette semelle de fer, connue des Romains, appelés des solea ou hipposandales, est alors glissée sous le sabot, à l'arrière et sur les bords, des oeillets permettent un laçage au moyen d'une lanière de cuir.
On ne l'emploie, du reste, que très occasionnellement, soit pour protéger une blessure au pied, soit pour mieux assurer la marche en terrain difficile.

De nombreuses hipposandales se retrouvent dans les gisements.
Elles abondent surtout en France, en Belgique, en Allemagne et en Suisse, d'où l'hypothèse d'un passage, dans ces régions plutôt qu'ailleurs, de la ferrure lacée au fer clouté.

Mais la présence insolite d'un fer à cheval, dans une tombe d'Ensérune (près de Béziers) qui serait d'époque hellénistique, paraît donc suspecte, ce témoignage étant le seul qui viendrait démentir un état de fait partout ailleurs incontesté.
Même après l'ère chrétienne, au IVe siècle, le De re militari de Végèse, à propos du cheval de selle, ne mentionne pas encore le fer clouté.

Mais, pour autant que les Burgondes, par exemple, aient utilisé le fer à cheval au Ve siècle, celui-ci se répandra, de toute manière, avec une extrême lenteur.

En France, c'est avec l'invasion des Sarrasins que le fer fait son apparition.
On a retrouvé une grande quantité de ces fers dans les sous-sols de Besançon qui fut détruite en 736.
Ce sont des fers ondulés, festonnés, minces et légers, avec des clous à grosse tête arrondie, brochés obliquement et rivés par enroulement.

Celui-ci apparaît dans un texte, pour la première fois, au IXe siècle, quand Léon VI, empereur de Byzance, en recommande l'usage.

Fer gaulois Léon VI, empereur d'Orient de 886 à 912.



Naissance de la ferrure Naissance de la maréchalerie Le ferrage Ferrure orthopédique Sommaire

Hit-Parade