Coliques

par troubles de la digestion, de fermentations (dysmicrobisme)


audience

Sommaire

La flore digestive du cheval est sujette aux déséquilibres.

Coliques accompagnant un phénomène infectieux

C'est le cas de certaines diarrhées ainsi que des péritonites ou des abcès abdominaux.

Coliques d'origine gastrique

L'estomac n'arrive pas à évacuer les aliments. Ces coliques présentent des crises entrecoupées de périodes d'accalmie.

Autres symptômes :

Le vétérinaire peut envisager une vidange de l'estomac, car, si celui-ci se rompt sous l'effet des pressions exercées sur sa paroi, le cheval n'a aucune chance de survie.

par excès de glucides fermentescibles

Ce sont des coliques flatulentes, dues à une production excessive de gaz dans l'intestin. En progressant, le gaz dilate l'intestin et produit des douleurs.

Dans le gros intestin, le gaz expose aux effets néfastes de l'acidose lactique qui s'accompagne de l'émission de matières fécales très humides ainsi que la libération d'amines toxiques et d'endotoxines microbiennes lors d'une suralimentation céréalière. Les facultés de digestion enzymatique de l'intestin grêle se trouvent submergées. Il parvient alors dans le gros intestin un substrat amylacé trop abondant et trop dégradable qui entraîne un emballement des fermentations microbiennes.

Ce sont les coliques les plus bénignes et les plus douloureuses, elles sont souvent très violentes.

Les gaz

Les gaz qui ne peuvent être évacués que par voie rectale exposent à des dilatations douloureuses qui risquent de provoquer des spasmes réflexes du tube digestif.

L'acide lactique

Normalement, l'acide lactique n'apparait de façon notable que dans l'estomac. Dans les conditions d'une alimentation strictement rationnée, il ne s'en produit pratiquement pas dans le cæcum puisque l'essentiel de l'amidon, 95% environ, est digéré dans l'intestin grêle.

Lors d'une brutale suralimentation amylacée, les fermentations cæcocoliques se trouvent vivement accélérées, provoquant une telle diminution du Ph que la production d'acide lactique en est fortement exagérée. Or, on sait que celui-ci peut être à l'origine d'une grave acidose, digestive puis sanguine, susceptible de contribuer directement ou indirectement à expliquer divers aspects de la pathologie d'origine digestive chez le cheval.

Le fort pouvoir osmotique de l'acide lactique attirerait l'eau dans la lumière intestinale, rendant compte de l'apparition de diarrhées, voire de déshydratation avec réduction de la diurèse.

Ces risques ne peuvent être qu'aggravés par les propriétés caustiques de l'acide lactique en excès à l'égard de la muqueuse digestive. L'acide lactique induirait aussi une atonie du tube digestif avec dilatation du cæcum : colique de stase.

Les endoxines

Elles induisent une stase intestinale (d'où indigestion et dysmicrobisme auto aggravé) car elles inhibent la motricité digestive.

Elles sont capables de déclencher des dégénérescences aiguës des différents organes (tube digestif, foie, reins, coeur ..) et même un choc toxémique immédiatement mortel.

Un test chromogène est aujourd'hui proposé pour détecter les endotoxines dans le plasma sanguin. Pour les chevaux atteints de coliques, cela a une bonne valeur pour le pronostic.
Unité endoxique - 0.3 UR / ml => risque mortel

par excès azotés

La suralimentation azotée peut conduire à une libération intempestive d'ammoniac, d'amines diverses et d'endotoxines.

Les dangers sont accrus car la dégradation cæcocolique des protides dans le gros intestin entraîne une alcalinisation du contenu digestif.
Celle-ci stimule la prolifération d'une microflore alcalinophile putréfiante et souvent pathogène.

Les désordres digestifs sont souvent compliqués d'une atteinte hépatique et il peut aussi y avoir une sensibilisation pseudo-allergique avec notamment des manifestations cutanées et des troubles circulatoires.

Changement brutal de régime

une mal digestion dans l'intestin grêle un afflux dans le gros intestinune exacerbation et des déviations de l'activité microbienne en même temps qu'une altération de l'équilibre écologique de la microflore digestive (dysmicrobisme) avec risque de prolifération de germes pathogènes (colibacilles, salmonelles, clostridiales...) diarrhée, auto-intoxication, surcharge hépatique, colique, fourbure, entérotoxémie, septicémie intestinale.

Colique de surcharge et de fermentations

Certaines bactéries se développent de façon excessives et sont à l'origine de fermentations ou de putréfactions avec coliques flatulentes, ballonnements et diarrhée.

Coliques d'eau congestion stomacale

Lorsque le cheval est assoiffé, il boit trop rapidement une eau fraîche ou une baisse d'eau.

Transition alimentaire brutale

Coliques par ulcère de l'estomac

Coliques par trouble vasculaire

Il s'agit de coliques thrombo-emboliques dues à la migration de larves de strongles dans les artères qui irriguent l'intestin. Cette migration perturbe la circulation sanguine dans une portion d'intestin et donc altère le transit avec, dans le pire des cas, une nécrose intestinale.

Coliques par hernie inguinale

Cela arrive accidentellement sur un entier. Une partie de l'intestin vient se loger dans le scrotum et ne peut plus s'en dégager.
La cause est la suite de l'absorption d'un corps étranger, par un blocage de reins, par l'infestation de strongles, par arrêt subit et prolongé d'excercices physiques avec constipation grave.


Coliques Perturbation du transit Occlusions Fermentations Symptômes Causes Sommaire

Hit-Parade