Le coeur : rôle et fonctionnment


audience

Sommaire Circulation

C'est une pompe assurant la circulation des liquides.

Les liquides circulants transportent vers les tissus les matériaux nutritifs et l'oxygène, et ils évacuent les déchets du métabolisme. Mais ils véhiculent aussi nombre d'informations chimiques sous forme d'hormones. Les liquides internes circulants constituent le vecteur indispensable des antigènes et des cellules du système immunitaire spécialisé dans la défense de l'organisme contre les agressions chimiques et biologiques externes.

Du ventricule gauche, par l'aorte et les artères, le sang rouge est chassé dans les capillaires des différentes parties de l'organisme, où il se transforme en sang noir. Celui-ci est amené par les veines dans l'oreillette droite, puis dans le ventricule droit qui, par l'artère pulmonaire, le chasse dans le poumon où, en se débarrassant de l'acide carbonique et en se chargeant d'oxygène, il se transforme en sang rouge puis revient dans l'oreillette gauche et le ventricule gauche et le cycle recommence.

Un coeur normal au repos bat 33 à 50 fois par minute.

Le coeur fonctionne sur un mode pulsatile avec une phase de contraction, ou systole, propulsant le sang dans les vaisseaux, et une phase de relâchement, ou diastole, pendant laquelle s'effectue le remplissage de la cavité ou des cavités cardiaques.

La contraction du coeur (systole ventriculaire) chasse le sang dans la crosse de l'aorte et l'aorte ascendante. Le sang est conduit dans la circulation pulmonaire par l'intermédiaire de la valvule pulmonaire.

Lorsque le coeur se relâche (diastole ventriculaire), le sang sort de l'oreillette droite par la valvule tricuspide pour entrer dans le ventricule gauche par la valvule mitrale.

Lorsque le sang circule dans l'organisme, apportant l'oxygène et les nutriments aux tissus, il se charge en même temps en dioxyde de carbone et en déchets produits par les cellules. Ce sang appauvri en oxygène est conduit par un réseau veineux dans la veine cave, puis dans la partie droite du coeur, qui l'expulse vers les poumons.

Le sang veineux entre dans l'oreillette droite, franchit la valvule tricuspide pour entrer dans le ventricule droit, sort du coeur par la valvule sigmoïde de l'artère pulmonaire, et arrive dans les poumons où le dioxyde de carbone est expiré et le sang rechargé en oxygène.
Le sang oxygéné provenant des poumons entre dans l'oreillette gauche, puis dans le ventricule gauche en franchissant la valvule mitrale. Il est ensuite propulsé par le ventricule gauche dans l'aorte après avoir franchi les valvules sigmoïdes aortiques et distribué dans tout l'organisme par le système artériel.


Son fonctionnement normal consiste en une succession régulière de contractions, ou systoles , et de relâchements, ou diastoles.

Ce fonctionnement harmonieux est assuré grâce à quatre propriétés fondamentales du muscle cardiaque ou myocarde: l'excitabilité, la contractilité, la conductibilité et l'automatisme rythmique.

Les contractions cardiaques sont déclenchées et rythmées par un tissu spécial, le tissu nodal. Il existe dans le myocarde un tissu musculaire très particulier, le tissu nodal, pauvre en myofibrilles. Il joue un rôle considérable car il stimule et entretient les battements cardiaques.
Ce tissu se rassemble en îlots avec, en premier lieu, le noeud sinusal, localisé dans la paroi de l'oreillette droite, au ras de la veine cave supérieure.
Le second amas, ou noeud septal, occupe la partie antérieure de la cloison interauriculaire et se continue par un cordon, le faisceau de His, qui pénètre dans la cloison interventriculaire. Ce faisceau se divise en deux branches, droite et gauche, qui se ramifient dans le myocarde du ventricule créant le réseau de Purkinje.

Il ne faut pas oublier que les contractions cardiaques subissent l'influence du système nerveux végétatif (système nerveux automatique sur lequel le contrôle conscient est impossible et qui régule le rythme du coeur en fonction des émotions et des sensations.
Le système sympathique exerce une action vasoconstrictrice dans la presque totalité de l'organisme, il n'exerce pas d'action sur les artères cérébrales et provoque une vasodilatation des artères coronaires du muscle cardiaque. Partout ailleurs, l'excitation des fibres sympathiques provoque une vasoconstriction et leur section une vasodilatation.
Le système para-sympathique est un ralentisseur.
Donc tous ces systèmes adapteront la fréquence aux besoins de l'organisme.

Le coeur est doté de propriétés spécifiques dont la plus remarquable est sa relative autonomie fonctionnelle ou automatisme cardiaque.

En cours d'effort, les conditions physiologiques varient brusquement au niveau des grands systèmes de l'organisme musculaire, respiratoire et nerveux notamment de telle sorte que l'activité cardiaque doit s'adapter à une situation nouvelle.

Les maladies du coeur apparaissent souvent comme des inadaptations fonctionnelles à l'effort physique.

Comment prendre le pouls sur un cheval ?

1ère méthode :
à l'artère maxillaire.
L'index appuie l'artère maxillaire contre le bord interne de l'os maxillaire.
2ème méthode :
à l'artère palmaire.
Un peu au-dessus du boulet et sur le coté.

Anatomie du coeur Rôle et fonctionnement Rythme cardiaque Sommaire Circulation

Hit-Parade