Fertilisation d'un pré


audience

SommaireSon On/Off

Avant d'apporter des éléments fertilisants au sol, il faut se rappeler que la dynamique biologique du sol est le fait des microbes qui y sont présents. Ils transforment la matière organique du sol en humus, élément indispensable du sol.

Les plantes puisent dans le sol les éléments minéraux et les transforment en matière organique sous l'action de la lumière, en présence du gaz carbonique. C'est la photosynthèse.

Les éléments minéraux présents dans le sol proviennent du sous-sol (roche mère) et de la décomposition des déchets végétaux et animaux.

Les sols sont naturellement plus ou moins fertiles.

Pour favoriser le développement de cette vie microbienne, il faut limiter les fertilisations au besoin du sol. La maîtrise de la fertilisation est une des clés pour une bonne pâture. L'apport d'engrais ne doit jamais se faire au hasard : ni trop, ni trop peu.

Fertiliser, c'est apporter des éléments nutritifs destinés à compenser ce que les plantes vont utiliser. Les besoins en fertilisation se raisonnent toujours parcelle par parcelle, selon son origine, son histoire, son enrichissement naturel, etc...

Le choix des engrais à apporter, des doses, des périodes d'épandage, nécessite un raisonnement.

On peut distinguer différentes catégories d'éléments chimiques intervenant dans l'alimentation de la plante.

les macro-éléments

Azote, phosphore, calcium, potassium, magnésium, soufre)
      Ils sont indispensables à la croissance de la plante.

les oligo-éléments

Fer, manganèse, cuivre, zinc, ...
      Sont nécessaires, mais de façon variable selon les plantes et ne nécessitent que des doses infimes.

les engrais

Ils sont caractérisés par les proportions d'éléments actifs qu'ils contiennent.

Par exemple : un engrais intitulé : (15 - 13 - 22) signifie qu'il contient 15% d'azote (N), 13% de phosphates (P2O5) et 22% de potasse (K2O).

Les unités fertilisantes correspondent à 1 kg par hectare de l'élément chimique considéré exprimé en :
      Nazote
P2O5anhydride phosphorique
K2Odioxyde de potassium
CaOoxyde de calcium
MgOoxyde de magnésium
Ssoufre

Il est donc essentiel de savoir à type de sol on traite car des teneurs "idéales" sont établies selon la nature du terrain, la région, le climat, ... Une analyse de sol est donc utile pour calculer les doses d'engrais nécessaires. Cette analyse s'effectue auprès d'un laboratoire spécialisé. Les coopératives agricoles peuvent fournir des adresses.

Les besoins des plantes sont exprimés en unités.

Exemple : s'il s'avère, après analyse du sol, qu'un apport de 150 unités de MgO est nécessaire, pour un engrais apportant 40% de MgO, il faudra apporter 150/0.6 soit 250 kilos par hectare.

Parfois il est nécessaire d'apporter de fortes doses, mais il n'est pas toujours possible de le faire en une seule fois. Il faut donc procéder par étapes successives sur plusieurs années. Cela s'appelle une fumure de redressement.

En général, il manque du potassium, du phosphore, du magnésium et du calcaire et il est conseillé de faire des amendements calcaires.

Mais il ne faut pas prétendre maintenir la fertilité du sol juste par l'emploi du fumier. De plus, il faut de préférence étendre un fumier déjà âgé d'un an (stocké quelque part) et ne remettre à pâturer qu'après un minimum d'un mois.

Le but principal des amendements est d'équilibrer le Ph de la pâture qui doit osciller aux alentours de 6,5 à 7. Les corrections par les engrais de fond permettent d'éliminer beaucoup de plantes indésirables. Les fumures de fond (riches en azotes)sont à mettre en automne.

Dès fin février ou mars, on peut favoriser la reprise de la végétation qui débute généralement suivant la température vers mars, avril, mettre un engrais azoté.
      Les graminées "ont faim" d'azote. C'est l'époque où l'azote a l'effet maximum. Un apport de 50 unités d'azote fin février début mars est toujours bénéfique. Il faut attendre que les prairies se soient réssuyées.

En général, il faut attendre environ 3 à 4 semaines après l'apport d'engrais pour que l'herbe atteigne 10 cm de hauteur. Sans apport d'azote, cette longueur de pousse sera atteinte vers la fin avril.

Si la prairie a souffert, un léger apport d'azote avant l'hiver est bénéfique. L'inconvénient est que l'azote est facilement lessivable et entraîné vers les nappes phréatiques. L'azote se stocke mal dans le sol, c'est purquoi les apports doivent se faire juste au moment où la plante en a besoin.


Le pré Ressemer Pâtures humides Gêrer les pâtures Fertilisation Sommaire

Hit-Parade