Le caractère, la personnalité, le tempérament, les émotions du cheval

15/11/2002

audience

Sommaire SantéSon On/Off

Le caractère

C'est un ensemble des signes distinctifs qui constitue la personnalité individuelle.

La personnalité

C'est ce qui permet de prédire ce que fera un individu dans une situation déterminée.

La personnalité renvoie à quatre caractères:

L'individualité

En présence d'un milieu identique ou d'un stimulus commun, on obtient des réactions différentes de la part de sujets appartenant à la même espèce.

L'autonomie

Quand on parle d'autonomie, il ne peut s'agir que d'autonomie relative et non d'autonomie absolue, qui est soumise à son seul déterminisme interne.
Il faut entendre que toute situation n'est déterminante que dans la mesure où elle est, au préalable, intégrée à la structure de la personnalité.
Un événement n'est jamais contraignant par lui-même, car il n'existe que par la signification que lui donne le sujet qui le perçoit.
C'est l'autonomie qui sert de référence quand on tente de comprendre une réaction à partir de processus endogènes ou exogènes.

Quand la réponse paraît disproportionnée à l'événement externe, on fait appel à la personnalité du sujet dont la vulnérabilité particulière à ce type de situation justifie un tel effet.

Il ne faut pas confondre l'autonomie avec l'équilibre résultant d'un ajustement au double jeu des contraintes internes - et externes.

La stabilité

Les conduites peuvent se modifier sous l'influence d'une transformation du milieu sans que l'on observe des modifications structurales de la personnalité.

Les motivations

Les motivations sont des stimuli qui poussent à l'action et dont, le plus souvent, on observe les effets sans les saisir directement.
l'importance des comportements d'exploration est fonction du degré d'évolution.

Les émotions

Ce sont des troubles, une agitation aux causes multiples, qui surviennent de manière brusque, qui peuvent s'accompagner de troubles physiques et de modifications physiologiques (accélération cardiaque, libération d'hormones...).

Une perception apporte une information qui dépend de la nature du stimulus, mais aussi de sa signification, qui naît dans l'acte perceptif du sujet.
Elle est fonction de ses expériences passées, de ses motivations présentes et de ses anticipations du futur.
Soit le sujet dispose, par suite d'un équipement inné ou acquis, des réponses adaptées à la situation, et l'on a une conduite normale ou habituelle, soit le sujet n'en dispose pas, au moins dans l'immédiat, et il y a un dysfonctionnement plus ou moins général.

Du point de vue biologique, l'émotion se caractérise par des réactions physiologiques quantifiables.
C'est-à-dire, accélération cardiaque, augmentation de la pression sanguine, sécrétions hormonales et, en particulier, d'adrénaline, etc., mais toutes ces variations s'observent à des degrés divers.

L'émotion apparaît quand les exigences de la situation sont disproportionnées avec les possibilités du sujet, c'est-à-dire lorsqu'il y a un décalage entre ses anticipations perceptives et cognitives et son répertoire de réponses disponibles.

La peur de la nouveauté chez le cheval est très connue.
Celle-ci se transforme en réaction d'évitement et de peur ou en réactions agressives.

La grande cause de l'émotion, c'est la surprise.
Elle peut venir d'une situation qui n'est pas forcément nouvelle, mais de sa soudaineté.

L'émotivité peut être un trait de tempérament lié à des structures neuro-endocriniennes encore mal connues.
Elle peut aussi être acquise.

Le poulain a déjà son caractère à la naissance, donc une partie des données est héréditaire.
Par contre, nous pouvons le modeler en partie avec l'éducation, c'est pourquoi les jeunes années du poulains sont très importantes pour lui, comme pour nous.
Toute l'histoire individuelle du vécu par le cheval fera partie de sa personnalité.

Connaître le caractère du cheval aide à le comprendre.

Les principales émotions transmises au sein d'un groupe sont la peur, la colère, la joie et le désir.
En cas de danger, il suffit qu'un cheval réagisse pour que tous les autres chevaux prennent également la fuite.

Un cheval en colère émet un avertissement qui a pour but d'éloigner l'autre.
La joie, elle, est exprimée en jeu.

Le cheval apprend à controler ses émotions : l'étalon doit analyser le comportement (émotions) de la jument afin de réagir au bon moment en diminuant les risques de coup de pieds.

Il est clair que le cheval ressent également les émotions de son cavalier et soigneur, donc l'équilibre émotionnel du cheval dépend de son cavalier et/ou de la parsonne qui s'en occupe régulièrement.

Le rapport de confiance entre le cheval et son cavalier est lié à une relation réciproque et positive, basée sur l'échange.


Qui est-il ? Son caractère Son intelligence Quelques conseils Sommaire

Hit-Parade