Allergies respiratoires


audience

Sommaire Allergies

Dans la majorité des cas, l'allergène responsable est volatile, donc inhalé (pneumallergène).

les moisissures des fourrages (alternaria, cladosporium, fusarium, mucor, penicillium, etc...)
les acariens
la sciure de bois
poussières diverses (du lieu, des céréales)
pollens
les infections virales, comme la grippe, la rhinopneumonie

Ces infections favorisent l'apparition d'allergies car les virus irritent les muqueuses respiratoires et les barrières de défense sont plus faibles et, de ce fait, laissent passer les allergènes.

Les allergies respiratoires évoluent en s'aggravant souvent avec le temps.
Elles se manifestent souvent par un début de toux sèche et chronique (bronchiolite), des crises d'asthme, des dyspnées, des crises de toux asphyxiantes qui peuvent être accompagnées d'oedème pulmonaire aigu et l'installation de l'emphysème.

Il n'y a pas toujours au départ des signes extérieurs visibles.
Un cheval, normalement en forme, en état, entraîné, qui s'essoufle facilement lors d'un effort ou dans le travail quotidien devrait être examiné de façon à lever au plus tôt une suspicion d'allergie respiratoire.

Les modifications organiques sont :

le bronchospasme (diminution du diamètre bronchique dû à une contraction des muscles péri-bronchiques)
l'inflammation des muqueuses
l'hypersécrétion

Ces modifications peuvent apparaître seules ou en même temps.


Choc anaphylactique Allergies respiratoires Sommaire Allergies

Hit-Parade