Les allergies


M.A.J. le 06 Mai 2006

audience

Sommaire Allergies

Ce sont des manisfestations brusques et très visibles.

La pathogénie des affections allergiques n'a pu être dégagée qu'au début de ce siècle lorsque fut précisé expérimentalement le concept d'hypersensibilité.
Du coup, la signification et l'implication de la notion d'allergie se sont considérablement élargies tant sur le plan biologique que clinique.

Le mot allergie couvre une série d'entités biologiques et pathologiques ayant des aspects différents, mais reliées par le même mécanisme fondamental, de nature immunologique.

L'allergie apparaît comme un état biologique particulier qui se traduit par une réponse altérée de l'organisme à des substances normalement tolérées.

Hypersensibilité et immunité non seulement ne s'excluent pas, mais se trouvent étroitement liées.

On est forcé d'admettre que l'on se trouve là en présence d'un phénomène biologique général.
La difficulté est que les réactions allergiques impliquent une série de phénomènes d'amplification conduisant à une réaction inflammatoire.
Un changement fondamental de l'état de réactivité survient dans l'organisme après un premier contact avec une substance donnée.

L'état allergique est donc induit par la pénétration ou l'apparition dans l'organisme de substances incitatrices du dispositif immunologique spécifique responsable de l'hypersensibilité.
Ainsi se trouvent éliminés du cadre de l'allergie un ensemble de phénomènes qui relèvent soit de l'intolérance, soit de la toxicité propre de la substance.

Le terme allergie exprime les diverses formes de réactivité altérée survenant dans ces conditions.
L'allergie ne peut être considérée comme une antinomie (contradiction) et encore moins comme une aberration de la réaction immunologique.
Elle en est une modalité, liée à des facteurs immunologiques d'un type particulier.

Cette définition exclut du champ d'étude de l'allergie un certain nombre de phénomènes d'hypersensibilité qui relèvent de mécanismes non immunologiques, c'est-à-dire qui ne comportent pas une étape de reconnaissance spécifique de l'antigène.


Exemples

Le domaine des réactions d'hypersensibilité aux médicaments justifient cette définition.
L'introduction d'un médicament dans l'organisme peut donner lieu à une réaction immunitaire avec production d'anticorps et de lymphocytes T reconnaissant l'agent médicamenteux ou des produits de son métabolisme, liés à des protéines ou à des membranes cellulaires.

La poursuite du traitement ou sa reprise peuvent donner lieu à un accident allergique:

D'autres mécanismes non allergiques peuvent conduire à des réactions d'hypersensibilité:

Il est souvent difficile de séparer les réactions allergiques proprement dites, relevant d'un mécanisme immunologique, des autres réactions d'hypersensibilité.

La difficulté est d'autant plus grande que les réactions allergiques impliquent une série de phénomènes d'amplification conduisant à une réaction inflammatoire.
Or, les mêmes mécanismes immunopathologiques peuvent être mis en jeu soit par une réaction spécifique antigène-anticorps ou antigènes-lymphocytes T, soit par des réactions non spécifiques.

L'état allergique est donc induit par la pénétration ou l'apparition dans l'organisme de substances incitatrices du dispositif immunologique spécifique responsable de l'hypersensibilité.

Un ensemble de phénomènes se trouvent éliminés du cadre de l'allergie car il relèvent soit :

La défaillance du mécanisme de protection favoriserait le développement d'autres formes de réactions immunitaires, notamment celles qui sont responsables des réactions d'hypersensibilité.

On peut donc retenir que c'est un dérapage pathologique du système immunitaire.

Plusieurs types d'allergies, à côté desquels sévissent l'anergie (défenses absentes ou insuffisantes) et l'auto-immunité.

Afin que Galopin puisse garder sa spécificité et continuer à s'enrichir, une très faible participation est demandé pour avoir accés à la suite de cette rubrique

Voici les thèmes évoqués :


Allergies Allergènes Sommaire Allergies

Hit-Parade