Alimentation de la poulinière en gestation


audience
Sommaire

La malnutrition d'un foetus (donc de la mère) ne peut jamais être compensée après la naissance.

Elle peut aussi entraîner des avortements, des naissances prématurées, des poulains chétifs à terme, ...

Une mauvaise alimentation peut être à l'origine d'une infécondité. Cette infécondité alimentaire est encore à l'heure actuelle sous estimée et insidieuse car elle commence par des symptômes très discrets (chaleurs discrètes, tardives, difficultés ovulatoires, etc...).

Une suralimentation peut aussi avoir des conséquences :

Il faut savoir qu'un poulain qui souffre pendant la naissance sera plus fragile.

Durant les derniers mois de gestation, un foetus est nutritionnellement prioritaire sur sa mère.

Pendant les deux premiers mois, le foetus n'étant pas fixé à l'utérus, il vaut mieux laisser la jument au repos.

Pendant ce temps, la jument reçoit une alimentation de qualité, particulièrement équilibrée et d'entretien uniquement (si bien sûr elle est en bonne santé et non suitée).

Si elle est à l'herbage, au fur et à mesure que passent les mois, il faut veiller à son état car la quantité et la qualité de l'herbe diminuent fortement les mois d'été.

Il ne faut pas se fier au ventre de la poulinière pour conclure qu'elle est en bon état.

Il est tout à fait normal puisqu'elle est à l'herbe (entre autres).

On mesure l'état d'un cheval à l'épaisseur qui recouvre ses côtes.

Ceci est d'autant plus important si la jument est suitée, donc en phase de lactation.

Une poulinière doit avoir de l'exercice. Si elle est à l'herbage, c'est très bien, si elle reste en box, il est préférable, pendant les deux premiers mois, de la sortir tous les jours en main pour brouter par exemple ou de la mettre plusieurs heures dans un enclos si cela est possible.

Après les deux mois fatidiques, il est possible de la monter et d'aller en promenade si elle en est capable physiquement.
      Il va de soi qu'il n'est pas question de faire un cross, mais un bon petit galop de distance moyenne n'est pas interdit si la jument était auparavant au travail (sauf contre-indication médicale...).

A six mois de gestation, je m'offrais encore quelques petits galops (petits en intensité et en distance), mais ils étaient les derniers.
      Pour le début du septième mois, elle n'était plus montée : pré la journée et box le soir (choix personnel).

Comme la rubrique élevage vous l'explique, le poulain commence à prendre certaines proportions à partir du septième mois. C'est à ce moment qu'il faut compléter la ration de la jument.

Pour nous y aider, les scientifiques ont déterminés les apports théoriques nécessaires.

Il s'agit toujours d'apports remmandés ou conseillés qui restent à adapter à chaque poulinière.

Personnellement, je complète peu mais avant le septième mois jusqu'à atteindre les apports préconisés ou ceux qui conviennent à la jument au moment donné, pour éviter les augmentations brutales d'un mois sur l'autre (du 6ème au 7ème par exemple).


Choix personnel des aliments des poulinières

La ration doit être riche en protéines et minéraux.

Les lipides sont très utiles lors de fortes rations car ils permettent de concentrer celle-ci en diminuant la quantité
      L'excès de calcium est souvent à craindre et entraîne des carences dans les autres oligo-éléments lorsque la jument a de fortes rations de foin.
      Les apports en cuivre sont évalués à environ 20 mg/MS ou 250 mg /j.

Dans le dernier mois de gestation, il ne faut pas suralimenter la mère, car elle prendrait un excès de poids ce qui pourrait induire des risques au poulinage : poulain trop gros par exemple et cela pourrait provoquer des déchirures à la jument.
      Il est également souvent remarqué que ces mères trop abondamment nourries poulinent tardivement, risque accrus de certaines pathologies au poulinage comme une rupture des artères utérines...

Une semaine avant le poulinage, faire des mashes et baisser la ration de façon à libérer les intestins.

Après le poulinage, donner des mashes et augmenter progressivement les rations.

Quelques aliments

Feuilles de marronniers d'Inde

Elles sont recherchées par les vieilles juments qui souffrent de troubles cardiaques ou par des juments pleines.
      Le marron d'Inde contient une substance qui combat les crampes et dilate les veines.

Tourteau de soja

Riche en protéines de qualité.
      Peu chargé d'éléments fibreux, il est donc assez digeste.
      Il est riche en matière azotée incomparable et en acides aminés indispensables (lysine, méthionine).

Ne pas dépasser en utilisation régulière 500 grammes par jour.

Je l'utilise beaucoup pour les poulinières et les poulains - même jusqu'à 700 g/j - aucun problème n'est apparu.

Carottes

Plus riches en protéines que les betteraves.
      Riches en carotène (pro-Vitamine A).
      Effet laxatif et diurétique.

Après chaque poulinage, je donne à la jument un kg de son et deux kg de carottes mélangés avec de l'eau tiède.
      Certaines juments, en l'occurence une des miennes, a un arrêt de l'activité intestinale (suite aux douleurs du poulinage), et cela peut entraîner des coliques de stases.

Granulés de luzerne

Ils sont riches en protides de qualité, en calcium et en carotène.
      Ils apportent assez de cellulose.
      La luzerne contient une part de son calcium sous forme d'oxalate insoluble.

Pour moi, c'est un aliment de choix pour les poulinières et les poulains (apport de calcium), malgré une adaptation assez longue (selon les poulains), le foin étant assez peu digeste pour eux et la jument en gestation, elle en mange beaucoup moins.

Gros son de blé

Apprécié des chevaux, il constitue une excellente source d'énergie.
      Il est rafraîchissant et légèrement laxatif.
      Il facilite le transit intestinal.
      La teneur en matière azotée du son est élevée, riche en amidon et en cellulose.

En général, même un cheval malade mange une petite ration avec du son.
      A vérifier, car j'ai toujours eu des "gloutons".

et bien sûr l'orge et l'herbe




Les besoins de la poulinière en gestationSommaire
Généralités UF - MAD - MS Minéraux Vitamines Sommaire

Hit-Parade